Le vainqueur, c’est l’abstention! Vraiment?!

Après le show médiatique de dimanche dernier, et les analyses toutes plus fumeuses les unes que les autres, le seul vrai gagnant du premier tour des élections municipales semble l’abstention. Un vrai désaveu pour l’ensemble de la classe politique. Comme d’habitude, tous ont trouvé le moyen de faire des résultats qui les concernent un point positif ou une «victoire». C’est la confirmation que les élus, qu’ils soient locaux ou nationaux, sont de moins en moins en phase avec la population.
Quelles conclusions les partis politiques peuvent-ils en tirer? Au-delà du traditionnel «Nous avons entendu le message des français…» clamé par le PS dès l’annonce des tendances, et jamais suivi d’effet, la remise en question du rôle des organisations politiques est plus qu’à l’ordre du jour. Il est temps que les formations réfléchissent au moyen nécessaire de se rapprocher du peuple, de se rapprocher des électeurs.
Nous sortons juste du premier tour d’une élection locale, et bien que la politique désastreuse menée par Hollande transforme ce scrutin en enjeu national, il est un peu tôt pour faire une analyse de ce qu’ont voulu exprimer les français. Attendons donc les chiffres du deuxième tour pour extrapoler. Et comme ce scrutin municipal a un relent de scrutin national, je vous propose de détailler la seule échéance qui donne une température du sentiment des français, ou qui reflète l’évolution des comportements face à la parole politique: l’élection présidentielle.
Pour une question pratique, j’ai regardé les chiffres depuis l’élection de 1965, et je me base sur le nombre d’inscrits sur les listes électorales plutôt que sur les suffrages exprimés pour donner un éclairage plus réaliste aux évolutions.
En premier lieu, on peut constater une évolution importante du nombre de candidats. Même si l’histoire ne se souvient que du vainqueur du deuxième tour, il y a un premier tour, et, force est de constater que la fonction suprême aiguise les appétits. En moyenne, la tendance entre 1965 et 2012 est au doublement du nombre de candidats au premier tour. Avec des spécificités toutes françaises! Nous sommes sans doute le seul pays au monde qui aligne plusieurs candidats d’obédience trotskiste ou communiste révolutionnaire. C’est aussi la foire aux candidats un brin loufoques et farfelus… On entend chanter ici et là que la politique en France souffre de bipolarisation, le nombre de prétendants prouve le contraire. Peut-être serait-il opportun de repenser les conditions pour se présenter à la présidentielle pour éviter la dilution qui découle d’un nombre trop important de candidats. Les économies à en tirer pour l’état serait importantes, d’autant que pour certains, il apparait clair que la candidature n’est qu’un business ou une tribune! Ce phénomène est aussi vrai pour les élections municipales, surtout dans les communes de plus de 10000 habitants.
CandidatsAutre évolution, celle du nombre d’inscrits. Avec un bond faramineux pour l’élection de 1981, où le nombre d’inscrits à littéralement bondit de 18,95% avec près de 5,8 millions de cartes d’électeur en plus! Intriguée, j’ai vite fait le rapprochement avec les prémices de ce qui deviendra SOS racisme. La presse de l’époque relate clairement le racolage électoraliste auprès des populations française originaires d’Afrique du nord ou d’Afrique noire pour leur vendre l’avenir meilleur du candidat Mitterrand. C’est à cette époque, que le racisme commence à être instrumentalisé de façon industrielle à des fins politiciennes. Sans cette instrumentalisation très discutable, Mitterrand n’aurait sans doute pas remporté l’élection. Les socialistes montreront d’ailleurs lors d’élections suivantes toute leur imagination pour focaliser l’opinion sur des sujets fantômes afin de détourner l’attention des réels problèmes. Dès les années 80 et la mise en œuvre de la proportionnelle pour les législatives, les socialistes ont fait monter le FN pour diluer la représentation de la droite. Le racisme ainsi que la montée supposée des thèses fascistes sont des thèmes récurrents utilisés par les socialistes pour capter un électorat d’origine étrangère grandissant. Au risque d’exacerber les communautarismes. Mais la stratégie électoraliste du PS ne s’en soucie pas, alors que la gauche porte directement la responsabilité des conséquences dramatiques qui s’imposent à nous quotidiennement. La dernière stratégie discutable, qui est venue s’associer aux autres, est la haine. Les français ont été consciencieusement dressé à hair un homme, Nicolas Sarkozy. Tels des pionniers du far West, ils ont succombé, trop nombreux, au sordide plaisir du lynchage. Les yeux exorbités, la bave aux lèvres, la rage pour seule pensée, ils ont suivi un PS meneur dépourvu d’idée ou de programme. Comme si flinguer un bouc émissaire pouvait résoudre les problèmes! D’ailleurs, les résultats sont là…
Le nombre de voix que le candidat élu recueille est aussi en hausse. Mais cette hausse est bien timide par rapport à la hausse constante du nombre d’inscrits. Ainsi, mis à part Chirac qui a bénéficié d’un score de dictateur en raison de la présence du FN au deuxième tour en 2002, aucun Président n’a séduit plus de 45,67% des inscrits. C’était de Gaulle en 1965! La lanterne rouge du classement est pour Hollande qui a été élu par 39,08% des inscrits, avec cette particularité qu’il est aussi le seul à engranger moins de voix que son prédécesseur malgré l’augmentation du nombre d’inscrits?! Pour mémoire, Sarkozy a fait 42,68%, Mitterrand 43,76% et Giscard 43,78%.
Bien que la présidentielle soit le scrutin ou traditionnellement l’abstention est la plus faible, on peut quand même constater qu’elle est systématiquement en hausse depuis Giscard. Seul Sarkozy l’a légèrement fait baisser en 2007. L’élection de Hollande a vu une importante reprise à la hausse. Signe du destin, c’est la politique de son Gouvernement, qui se voit sanctionnée aujourd’hui par une abstention record dimanche dernier. Un peu comme si Hollande devait payer la note de ses mensonges et de ses promesses économiques dont aucune n’a été tenue. Pire, le chômage bat chaque mois le record du mois précédent, la pression fiscale est à son comble pour les particuliers et les entreprises, le déficit continu de se creuser de manière inquiétante, les emplois aidés lancés dès le début du quinquennat arrivent à terme et vont faire exploser encore plus le chômage, la précarité et la misère vont s’installer durablement car Hollande va connaitre ses premiers chômeurs en fin de droits, explosant par là même les comptes de la solidarité nationale. Si l’on ajoute à ça que le fameux pacte de responsabilité annoncé de façon tonitruante en janvier n’en est toujours qu’au stade de l’embryon, tant son efficacité supposée est critiquée de toutes parts!
A la vue des premiers résultats, il semble que les abstentionnistes soient plutôt marqués à gauche. Reste à savoir le pourquoi de cette abstention. On peut aisément supposer qu’ils refusent de voter à droite par orgueil et fierté déplacée. Oubliant que cette manière de montrer tous leurs espoirs déçus à l’égard du PS par l’abstention, fait mécaniquement monter la visibilité du FN. Je dis bien la visibilité, mais pas le poids! Autre singularité, les votes blancs ou nuls. On peut voir que leur nombre est relativement stable. A se demander s’il était vraiment nécessaire de modifier la Loi pour compter les votes blancs comme un «choix»?! D’autant que ce chiffre sera toujours exclu des suffrages exprimés pour le calcul des scores électoraux. Réponse lors des élections européennes, puisque la Loi entre en vigueur le 1er avril prochain. Je pense qu’au mieux, il y aura un transfert de l’abstention vers le vote blanc, ce qui confirmera et quantifiera le climat de défiance vis-à-vis de l’action politique. Plus probablement, personne ne trouvera utile de se déplacer pour rien, et il n’y aura aucun changement. Après tout, cette Loi n’est-elle pas qu’un remerciement du PS au fidèle Gaccio, fer de lance de cet ergotage inutile?
Le FN se targue régulièrement sur les plateaux de représenter entre 20 et 25% des électeurs?! C’est une grossière duperie! Un mensonge! Les chiffres montrent clairement que le FN a connu son plus gros score en 2012, en séduisant 13,94% des inscrits. On peut aussi constater qu’il n’y a pas d’envolée du nombre de sympathisants, puisque les chiffres sont plutôt stables à chaque élection. Seul Sarkozy a réussi à faire baisser le vote FN en 2007. Pour accréditer ce point, on voit clairement que les tendances linéaires du nombre d’inscrits et du nombre de votants FN s’écartent. Donc, n’en déplaise aux chantres du FN, l’explosion du vote FN est un mythe! Et il en sera de même pour les municipales. Même si les chiffres du premier tour peuvent apparaitre en frontal comme importants, ce sont les résultats de dimanche prochain qui donneront le vrai poids local du FN! Certes, le FN a remporté de justesse une mairie dès le premier tour. Mais je doute que le nombre total de mairies FN au second tour dépasse les cinq! Ce qui nous ramènera juste quelques années en arrière, où le FN avait déjà conquis des communes. Pour mémoire, puisque les français semblent la perdre vite, toutes les villes qui ont été dirigées par le FN ont été épinglées pour leur très mauvaise gestion, quand ça n’a pas été les élus eux même qui ont été poursuivis et condamnés! Les pauvres villes qui seront dimanche prochain sous la coupe du FN le découvriront bien assez vite! La patronne du mouvement elle-même, ne souhaiterait pas obtenir un nombre important de mairies, car elle sait très bien qu’elle ne dispose pas de candidats expérimentés ou formés. D’ailleurs, les seules villes ou le FN a une chance, sont celles où les hauts cadres du parti sont présents. Je vous renvoie à un article précédent pour plus de détails sur l’imposture du FN… Cette grenouille qui aime à se faire passer pour plus grosse que le bœuf! (voir ici)
Reste à savoir quel sera le taux d’abstention de dimanche prochain. Gageons que celui-ci baissera un peu, mais restera toujours très élevé, entre 25 et 30%… Surtout après l’annonce des chiffres catastrophiques du chômage pour février! Les spéculations quotidiennes sur l’imminence d’un remaniement et le ballet des ambitions ministérielles agacent aussi les français au plus haut point et ne sont pas un signal de la prise en considération des souffrances de la population.
Seul exception, à mon sens, les villes où le FN est présent au second tour. Les électeurs de gauche se sentent la mission de faire barrage au FN! Bien que cette tendance du ridicule concept de «front républicain» ait montré clairement son usure lors de scrutins partiels récents… A n’en pas douter, le premier parti de France, c’est le parti de l’abstention! Et rien ne montre que les choses soient en passe d’évoluer.
La seule conclusion qui s’impose à tout ça, c’est que pour que les français retrouvent le chemin des urnes, il faudrait que l’action politique soit plus en phase avec la réalité, et que les élus qui apparaissent comme des profiteurs cessent de tondre la population! Si encore les choses s’amélioraient pour le pays… Mais elles empirent chaque jour! Cette pilule amère n’est pas prête de passer! Et puis, pour agir, il faut une majorité! Et Hollande n’en dispose pas… Sa majorité n’est que virtuelle! (voir ici)
La seule voie viable pour sortir la France et les français de la situation catastrophique où ils sont, ce serait une dissolution! Pour qu’enfin une majorité réelle prenne les choses en main! Mais Normal 1er est trop mou et trop pleutre pour cela… Il préfèrera regarder le bateau France couler par orgueil…
Que la route va être longue et douloureuse jusqu’en 2017!
En attendant, pour ma part, j’irai voter, encore et toujours, car je refuse de me laisser abattre par la sinistrose ambiante… C’est aux français de se ressaisir, au lieu d’attendre bêtement une becquée toute pleine de promesses de lendemains meilleurs, de rêves enchantés et de changements qui ne viendront jamais!

Aux Urnes Citoyens!

Sauver Paris ! Libérer Paris !

Le tandem Hidalgo Delanoë est aux abois. Pour preuve, la somme de mensonges, contre-vérités et dissimulations qui occupent la dauphine à 100% de son temps.

A quelques jours du premier tour des élections municipales, il est temps de pointer sans concession le bilan catastrophique de 13 années de gestion PS de la ville de Paris.

Ce qu’a fait le PS à Paris est une vitrine de ce que fait actuellement Hollande à la France!

 Le VRAI changement, c’est maintenant!

Les parisiens doivent sauver Paris, les parisiens doivent libérer Paris! Dès le premier tour, massivement, le parisiens doivent apporter leur soutien aux listes présentées par NKM!

Paris est devenu un panier percé, et il est temps qu’une alternance responsable mette un terme au gaspillage de l’argent des parisiens et à l’explosion insensée de la facture fiscale. Il est temps  de mettre en œuvre une politique ambitieuse d’investissement durable au service des parisiens et des visiteurs malheureusement de moins en moins nombreux de la capitale.

NKM est la seule à proposer un programme réaliste et financé. Sa vision propose un réel renouveau pour une ville qui s’adaptera aux parisiens, à l’inverse de la mandature sortante, qui a imposé de façon dogmatique et idéologique des changements contraignants, coûteux et absurdes pour tous, qu’ils habitent, qu’ils visitent ou qu’ils travaillent dans Paris.

Le bilan catastrophique de 13 années de gestion socialiste

 Mensonges, contre-vérités et dissimulations de l’équipe sortante

  • Quand Delanoë ment pour venir à la rescousse de sa seconde sur la pollution (ICI)
  • Les attaques mensongères d’Anne Hidalgo sur la pollution (ICI)
  • Policiers à Paris : Anne Hidalgo donne d’une main et enlève de l’autre (ICI)
  • Finances parisiennes : Hidalgo face à la réalité (ICI)
  • Comité de soutien d’Anne Hidalgo : quelques amis, beaucoup de subventions! (ICI)
  • Les comparaisons douteuses d’Anne Hidalgo sur les impôts (ICI)
  • Quand Anne Hidalgo ment sur le financement du Tramway (ICI)
  • Clarification sur les effectifs de policiers à Paris (ICI)
  • Diesel à Paris : la défausse d’Anne Hidalgo (ICI)
  • Quand Anne Hidalgo récupère les propositions de la droite qu’elle a refusées en 2011 sur Autolib’ (ICI)
  • L’asthme à Paris, une situation alarmante (ICI)
  • Travail du dimanche, Anne Hidalgo ne sait plus à quel vent se fier (ICI)
  • Quand Bertrand Delanoë s’attribue les mérites du Gouvernement Fillon sur la vidéo-protection (ICI)
  • L’explosion de la dette à Paris (ICI)
  • Les contradictions d’Anne Hidalgo sur Ecomouv (ICI)
  • Non, NKM ne diminuera pas d’un milliard le budget de la Ville (ICI)
  • La surprenante augmentation des dépenses de la Ville (ICI)
  • Augmentations d’impôts à Paris, les contre-vérités d’Anne Hidalgo (ICI)
  • Non la droite parisienne n’est pas contre Autolib’ (ICI)
  • Quand Anne Hidalgo réécrit les chiffres de la sécurité (ICI)
  • Comment la consommation de diesel à la Mairie de Paris a augmenté de 52 % (ICI)

Le programme pour sauver Paris

Dites STOP à la gestion catastrophique de Paris par les socialistes!

Empêchez de reproduire à Paris ce que fait Hollande à la France!

 

Le PS persiste et signe !

Ridiculisé par l’affaire des écoutes de Sarkozy, on aurait pu penser que le PS lève le pied dans sa sinistre campagne de manipulation électoraliste… Mais non! Il s’entête dans sa traque acharnée. Il s’enfonce même un peu plus chaque jour, à coup de petites phrases assassines, qui ne font que démontrer la curée politico-médiatique organisée depuis Solferino, ses officines et l’Élysée. Jamais, dans l’histoire de la cinquième république, l’exécutif n’aura à ce point décrédibilisé, l’action politique et l’appareil d’État!

Et pourquoi?

Parce que Hollande a été élu sur un concours de circonstances! La défection de DSK, qui nous a tout de même évité que l’Elysée devienne un lupanar, a propulsé ce pitre à une fonction pour laquelle il n’était pas préparé, et pour laquelle il n’a pas les épaules.

Parce que Hollande personnifie l’imposture! Sans programme et sans vision, les promesses farfelues du candidat Hollande sont déjà toutes abandonnées ou reportées… après 2017!

Parce que Hollande est un négationniste! En permanence hors de la réalité, il a nié la crise gérée avec succès par Sarkozy comme le souligne le rapport de la CDC présidée par un… socialiste. Confirmant au passage, au mieux sa mauvaise foi, au pire son amateurisme.

Parce que Hollande a été le candidat de la haine! Ses équipes, conscientes de son inconsistance patentée, n’ont eu d’autre choix que l’axe unique de la détestation de Sarkozy! Et c’est toujours la seule constance de Normal 1er.

Parce que Hollande n’a pas de majorité! Les alliés improbables qui ont contribué à son élection, ont tous affiché, au lendemain du second tour, leurs différences, leurs volontés d’imposer des choix par le chantage.

Parce que Hollande est aveugle! Le monde entier lui montre la direction, le FMI, la BCE, l’UE, la CDC, la BdF, les agences de notation, l’Allemagne, Le Royaume Uni, les Etats-Unis… Mais comme on dit «Quand le sage montre la lune, le sot regarde le doigt».

Parce que Hollande est passéiste! Ses seules références sont Mitterrand et Jospin, dont il s’emploie à reproduire soigneusement toutes les erreurs et tous les échecs, au nom d’un dogme socialiste éculé.

Parce que Hollande est sourd! Il refuse d’entendre le peuple qui par millions manifeste, désapprouve et souffre de sa politique décousue et insensée.

Parce que Hollande s’est entouré d’une équipe à son image! A commencer par le provincial endimanché qu’il a choisi comme Premier ministre, qui brille par son manque de poigne et de charisme. Suit un aréopage d’égos surdimensionnés, dont l’incompétence avérée n’a d’égal que leur opportunisme très intéressé.

Parce que Hollande est un diviseur! Sa vision communautariste de la mémoire, alors qu’il faudrait qu’elle soit universaliste, conduit à l’explosion de l’antisémitisme, du racisme et du clivage profond de la société.

Parce que Hollande est un opportuniste! Ce trait de sa personnalité caractérise l’ensemble de son parcours politique. Peu importe la France et les français, son action n’est tournée que vers sa personne.

Parce que Hollande est machiavélique! A l’instar de son mentor Mitterrand, dont il n’est qu’une pale contrefaçon, il donne de la visibilité au FN pour affaiblir la droite républicaine.

Parce que Hollande haït les valeurs historiques et culturelles qui ont façonné la France! Il s’emploie à déconstruire la famille, projette de remplacer l’éducation par le conditionnement idéologique, renie l’héritage catholique de notre civilisation et satisfait les revendications antirépublicaines de communautés religieuses minoritaires.

Parce que Hollande exècre la réussite! Il ne cesse de mettre des bâtons dans les roues à toute forme d’entrepreneuriat. Ainsi, il a mis à mort le régime de l’auto entreprise, il stoppe net le développement du marché des VTC, il taxe les entreprises comme jamais elles ne l’ont été.

Parce que Hollande ne sait pas compter! Il tente de faire baisser le chômage, en finançant de faux emplois précaires, sur un déficit qu’il explose littéralement, pensant qu’il est sans limite.

Parce que Hollande est socialiste! Il a placé tous ses fidèles laquais, ses proches, ses amis, leurs enfants, ses alliées et ses ex au terme d’une incroyable chasse aux sorcières, comme jamais le France n’en a connu. Et quand les postes n’existaient pas, il les a créé, comme pour Jospin.

Parce que Hollande est un panier percé! Il est incapable de faire les économies nécessaires et cède à tous les caprices des fonctionnaires et de leurs syndicats. La distribution électoraliste bat son plein.

Parce que Hollande est mou! Il est incapable de trancher dans le vif et cultive une position ultra consensuelle mortifère, pour ne fâcher personne, qui consacre l’immobilisme.

La liste pourrait continuer à l’infini, tant l’homme qui fait actuellement fonction de Président en France a de qualités! Et puis mon propos n’est pas de vous miner un peu plus le moral. La gauche s’en charge très bien, quotidiennement, et avec une telle constance!

Simplement, on comprend mieux, au regard de ce qui sonne déjà comme un bilan, la motivation de la chasse à l’homme que les «forces de progrès» pratiquent sans aucune retenue. Ils doivent à tout prix masquer l’échec total de 20 mois de présidence Hollande. Allumer des contrefeux pour que l’on cesse de parler du chômage qui chaque mois bat le record historique du mois précédent. Faire diversion pour faire oublier un temps la pression fiscale insupportable qui pèse sur les français. Entretenir le brouillard pour cacher la vertigineuse explosion de la délinquance, conséquence directe d’une réponse judiciaire angélique.

Et parce que Hollande sait quand même faire preuve d’une certaine forme de réalisme. Il sait que si l’élection présidentielle avait lieu aujourd’hui, comme un autre illustre socialiste dont on avait pu juger l’action, il ne serait pas présent au second tour!

Toute cette clique malfaisante est donc prête à tout pour éviter la sanction qui lui pend au nez lors des élections municipales et européennes à venir. Alors, tout ce que la gauche connait de serviles soldats, ressort sa recette haineuse. L’anti-sarkozysme est poussé à son paroxysme. Des vieilles affaires sont agitées, même celles qui ont déjà été jugées et qui ont blanchi Sarkozy. De nouvelles affaires sont inventées à un rythme effréné qui ne semble plus choquer personne. La cible s’élargit aux cadres de l’UMP et à tous ceux qui représentent un risque. Le pot-au-feu de la manipulation est alimenté en permanence… Accusations, sous-entendus, amalgames alambiqués, calomnies sont bruyamment relayés et attisés par une presse quasi aux ordres! Et peu importe, si pour arriver à leurs fins, ils doivent s’asseoir ouvertement sur ce qu’il reste d’indépendance à une justice déjà bien politisée. Tant pis! La République exemplaire de «Moi Président…» ne verra jamais le jour. L’heure est à sauver les meubles coûte que coûte.

Sauf que les français ne sont plus dupes. S’il devait y avoir une once de vérité dans tout cela, peut-être qu’elle aurait fini par éclater depuis longtemps. Non!?

Après des années d’enquêtes… Rien! Près d’un ans d’écoutes téléphoniques… Rien! C’est à se demander si les enquêteurs, les juges et toute la machine judiciaire n’est pas peuplée que de sombres crétins incompétents! Cahuzac est tombé en quelques mois, comme un fruit mur, dès le début des investigations. Mais là, avec tout ce temps, toute l’énergie, et tous les moyens déployés par des troupes fanatisées et plus que motivées… Rien! Sarkozy est toujours debout!

Qu’importe le ridicule qui en découle pour la classe politique toute entière. Le PS persiste et signe. Il faut sauver le soldat Hollande et l’illusion qu’il marquera l’histoire. L’histoire, elle, ne retiendra que son casque!

Les français sont las de ce cirque pitoyable, de ce spectacle délirant. Même ceux qui avaient été dressé à haïr Sarkozy en 2012 sont dépités, dégoûtés. La France est la victime de l’archaïsme du socialisme et de ses méthodes d’un autre âge. Les français en ont marre d’être la risée de la terre entière. Ils sont définitivement vaccinés du rêve enchanteur, des lendemains meilleurs et des promesses de changement. L’important pour eux, maintenant, est de tenir bon jusqu’en 2017 pour virer à jamais ces idéologues sectaires qui les ridiculisent, qui les affament et qui ruinent leur pays.

Dans l’intervalle, tous ces français abusés, trompés, manipulés… Vont, dès les prochains scrutins, montrer que ce sont eux, et eux seuls, qui détiennent le pouvoir de faire ou de défaire le «Roi» Hollande. Son Trône va vaciller. Qu’il en tombe! Que sa chute le réveille… Et qu’il entende que les français ne veulent pas d’un inutile remaniement ministériel qui ne donnera toujours pas de majorité pour agir. Les français veulent une dissolution! Il veulent un gouvernement fort qui s’occupera du chômage, du pouvoir d’achat, de la croissance, de la sécurité… Il veulent que Hollande soit un Président pot de fleur jusqu’en 2017! Les français n’attendent plus rien d’autre de lui!

Quelle majorité pour Hollande ?

Le soutien affirmé et indéfectible de Duflot aux manifestants de Nantes contre le projet de nouvel aéroport est le nouveau couac au sein de la majorité, qui n’en devient qu’un peu plus virtuelle.

Revenons un peu sur l’histoire de cette majorité.

Sa construction a débuté lors de la campagne présidentielle de 2012, ou la stratégie du PS était avant tout basée sur l’anti-sarkozysme à défaut de réel programme, ainsi que sur la négation de la situation de crise. D’où l’union improbable de formations si éloignées politiquement les unes des autres. Jamais un parti n’aura usé d’un racolage électoraliste aussi large! De la gauche la plus extrême, en passant par les communistes, les verts jusqu’à une partie du centre. On peut même y ajouter une partie du FN, puisque l’incapacité de LePen à faire un choix pour le second tour, à bien fait les affaires du PS, et a conduit par le jeu de l’abstention à l’élection de Hollande sur le fil du rasoir par 39% du corps électoral. S’en suivent les élections législatives, copieusement dosées de stratégie électoraliste du PS via des concessions à ses alliés leur permettant artificiellement d’atteindre les fameux quotas pour créer des groupes parlementaires. Le PS, dans sa frénétique volonté de tancer hargneusement l’UMP, surfant toujours plus sur l’anti-sarkozysme que sur la récente victoire de Hollande, s’est tellement perdu en compromissions électorales que la majorité absolue qui lui tenait tant à cœur lui échappe!

Dès lors, le gouvernement fraîchement nommé est le reflet de toutes ces alliances contre nature et des incohérences qui en découlent. Mélenchon, pourtant fidèle valet du PS lors des deux scrutins, a très tôt exclu de participer au gouvernement et se pose déjà comme un arbitre incontournable qui entend dicter une vraie politique de gauche à un Président qu’il juge trop timoré depuis toujours. EELV, dont les ténors semblent plus attachés au carriérisme que ceux du FdG, entre au gouvernement dans une proportion démesurée par rapport à sa représentativité électorale réelle. Ce qui n’empêche pas EELV de rappeler à qui veut l’entendre tous ses désaccords avec le Président fraîchement soutenu et élu. Valls et Montebourg, incontournables poids lourds de la primaire socialiste qui n’ont pas été tendres avec celui qui sera finalement leur leader, trustent des places à forte visibilité médiatique! Et puis aussi toutes les tendances qui composent un PS aux sensibilités plus que jamais diverses vont entrer dans la danse, en plus d’éléphants du parti et des contreparties internes d’usage.

Soucieux de nommer un Premier Ministre qui ne lui fasse pas d’ombre, Hollande choisit Ayrault! En timide provincial endimanché, le pauvre homme ne réussira jamais à tenir ses ministres tous plus franc-tireurs les uns que les autres dans un bal des égos sans commune mesure. Entre mises au points, recadrages, couacs à répétition, celui qui devait assurer la cohésion apparaît très vite comme un homme sans poigne de plus en plus isolé et méprisé. La confiance réaffirmée à maintes reprises du Président, et Batho qui sera virée pour l’exemple, n’y changeront rien. Même au Sénat, qui a basculé à gauche, c’est la rébellion. Les communistes se sont plusieurs fois alliés à l’UMP pour faire échec au PS et au gouvernement.

Aujourd’hui, 21 mois après son élection, Hollande bat tous les records d’impopularité. Adieu la promesse d’inversion de la courbe du chômage! Adieu la promesse de ramener le déficit à 3% du PIB!  La pression fiscale est à son comble! Les agences de notation abaissent la note de la France! Le FMI, la BCE, la CDC et l’UE ne cessent d’exhorter Hollande de s’attaquer aux vrais problèmes et de mettre en œuvre une ligne politique plus en phase avec la réalité! Entre stigmatisation, sectarisme, communautarisme exacerbé et réformes idéologiques imposées aux forceps, les français n’auront jamais été autant divisés!

Plus que jamais dans l’histoire de la cinquième République, une majorité gouvernementale n’aura eu de majorité que le nom!

Et c’est bien parce que Hollande s’appuie sur une majorité virtuelle qu’aucun sujet de fond ne peut être traité. Les vraies priorités n’ont droit qu’à des déclarations d’intention de circonstance qui ne valent guère mieux que les promesses électorales déjà bien vite enterrées. C’est donc une valse bruyante de contre feux qui occupe le gouvernement à coups de symboles en agitant les thèmes de l’égalité, de la parité, de la transparence, de la solidarité, de la République… Tout est bon pour créer un émoi larmoyant de diversion.  Alimentant un peu plus chaque jour l’incompréhension, la division et le mécontentement. Au sein du gouvernement, c’est maintenant  l’autorité du Président qui est de plus en plus souvent mise en cause, et sa politique clairement attaquée. Les faux amis d’hier prennent ouvertement leurs distances comme pour mieux regarder le bateau France partir à la dérive, oubliant bien vite leur coresponsabilité de fait!

Alors, à l’approche des municipales, l’état PS tente coûte que coûte de calmer le jeu avec ses amis de plus en plus indisciplinés, pour minimiser les dégâts d’un scrutin qui s’annonce très difficile. A tel point que beaucoup de socialistes en sont à espérer un FN fort pour limiter la casse… Un comble pour ceux qui se posent en rempart face à la montée de l’extrême droite! Non?!

Mais toute cette harmonie de façade, tenue à bout de bras par un PS désuni, est mise à mal par la perspective des élections Européennes, ou toutes les composantes de la majorité gouvernementale virtuelle ont déjà décidé de s’engager chacune de leur côté. Les tirs à boulet rouge s’intensifient. L’écran de fumée de l’unité est devenu une vitrine bien remplie qui expose toutes les tensions, tous les désacords, toutes les ambitions…

L’état de l’opposition n’a guère plus fier allure. L’UMP encore empêtrée dans une guerre des chefs larvée, semble uniquement préoccupée par l’intention supposée de Sarkozy de 2017. Sans tête, le mouvement est à la dérive, et ne parvient pas à s’emparer des lacunes d’un gouvernement aussi sans tête, pour proposer une voie alternative crédible. C’est naturellement LePen qui tire ses marrons du feu avec un opportunisme non dissimulé, abusant du populisme le plus abjecte. La dame qui a repeint à la va vite le parti de papa d’une rapide couche d’honorabilité qui ne trompe plus personne, roucoule un peu partout en se désignant comme l’alternative incontournable… Heureusement loin de faire l’unanimité, le FN, bien aidé par le PS, a quand même dangereusement progressé dans les intentions. Tiraillé par cette situation, l’UMP s’est scindée en deux mouvances dont l’une se rapproche bêtement de certaines idées populistes du FN. Le PS est logé à la même enseigne, avec une aile gauche qui flirte sans complexe avec les thèses révolutionnaires et sectaires de l’extrême gauche. Mais allez savoir pourquoi, cela choque moins l’opinion et les médias, bien qu’à mon sens, l’incompatibilité républicaine soit exactement la même. La presse devra d’ailleurs bien un jour faire son autocritique et assumer sa part de resposabilité dans ce traitement discutable de l’information. Les deux « Fronts » partagent les mêmes méthodes et parfois les mêmes électeurs. Le centre, pour ne pas dire « les centres », est lui aussi en déliquescence, et ne représente plus un allié crédible pour personne depuis longtemps.

Quelle que soit l’issue des deux consultations à venir, la question légitime d’une majorité réelle et efficiente est plus que jamais posée!

Et qu’importe un éventuel remaniement. Ce serait une mascarade de plus! La majorité sur laquelle s’appuie Hollande ne permet pas aujourd’hui et ne permettra qu’encore moins demain de diriger la France, d’apporter des réponses aux problèmes du pays et de traiter les préoccupations des français! Il est temps que le PS reconnaisse son réel poids électoral pur et fasse avec, sans se compromettre avec des organisations qui ne partagent strictement rien de sa vision sociale-démocrate assumée. Et surtout qu’il en finisse avec la recette inventée par Mitterrand, qui consiste à faire monter le FN pour affaiblir la droite républicaine par le jeu des triangulaires. A jouer avec le feu, on se brule tôt ou tard!

Face à cette situation nuisible pour la France, issue directement des conditions électoralistes de construction de cette majorité, c’est à se demander si l’heure ne serait pas logiquement à la cohabitation?

Que le Président n’ait pas de majorité propre ne serait pas une première, ni un drame…

Mais la France, elle, a besoin d’une majorité! Cela devient une question de survie pour les français!

Dissolution?