Macron « l’illégitime » ?


Un peu de réalisme en cette période de déification ne fera de mal à personne !

Dimanche dernier, les français ont élu Macron avec le score de 66,10% des suffrages exprimés… Sur le papier, cela pourrait ressembler à une victoire. Mais pour ceux qui ont l’honnêteté de regarder les chiffres plus en détail, cette élection par défaut ressemble plus à un échec !
Déjà, l’abstention a encore battu un record. Ensuite, les votes blancs et nuls ont aussi explosé, tant les français qui n’ont pu se résoudre à choisir entre l’extrême droite et une forme d’extrême centre étaient nombreux ! Tout ce petit monde représente quand même plus de 16 millions de français, soit 34% du corps électoral !
Ensuite, ce qui est intéressant, c’est de mesurer la marge de progression de Macron entre le premier et le deuxième tour. Entre ce que les adeptes de la vieille politique appellent encore les reports naturels, et le chantage au front républicain que les élus et les medias ont imposé dans un matraquage incessant et indécent pendant l’entre-deux tours, Macron a vu quelques 12 millions de français s’ajouter à son socle de 8 millions du premier tour.
Qui dit front républicain, ne dit pas adhésion au programme de Macron! L’actualité a d’ailleurs parfaitement démontré que les français n’ont pas voté pour Macron, mais contre Le Pen ! Comme cela avait été le cas pour Chirac.
Mais soyons fair-play et accordons à Macron une certaine capacité à convaincre avant le deuxième tour et à recueillir l’adhésion sur sa vision pour la France… Très généreusement, considérons donc qu’un tiers de la progression est constituée de nouveau adeptes convaincus d’En Marche et de Macron… Ce qui représente quand même plus de 4 millions de français! Pas mal, belle progression de 50%, ce n’est pas donné à tout le monde! Ajoutés à son socle électoral du premier tour, nous obtenons un peu plus de 12,6 millions de français qui ont par pure conviction choisi Macron, soit… 27% du corps électoral !
En résumé, le vainqueur de l’élection est le « non-choix », avec 34% des inscrits, Macron est Le Poulidor du scrutin avec 27% des inscrits qui adhèrent aux sirènes du renouvellement, Le Pen suit avec 22% des inscrits, et pour fermer la marche, 17% d’inscrits, victimes de l’éculé et inefficace front républicain, ont juste choisi de « voter contre ».

La question de la légitimité est donc posée !

En l’état, avec seulement 27% de français réellement derrière lui, toute possibilité du moindre décret est naturellement exclue, au risque de mettre le feu à la rue ! C’est donc uniquement par les parlementaires que le programme de Macron devra être transcrit ! Et là aussi, malgré la drague très médiatique et un peu lourde à droite et à gauche, les transfuges qui restent tout de même très marginaux et le recyclage de quelques têtes d’affiche incontournables du hollandisme, il est peu probable, voir impossible, que Macron dispose d’une majorité propre en juin prochain ! En toute logique, il devrait obtenir, là aussi, environ 30% des sièges ! Macron devra donc composer avec les nombreux autres, et se vautrer joyeusement dans les accords d’appareils qu’il a toujours dénoncé et refusé! Ironique que celui qui a toujours voulu se défaire de l’image d’héritier de Hollande, en soit contraint d’entrée de jeu à reproduire les mêmes tactiques au service de ce qu’il faut bien appeler la continuité ! Et le phénomène sera d’autant plus important, qu’en plus des appareils traditionnels, fleurissent déjà de nouveaux « mouvements » qui surfent sur la même vague qu’En Marche, mais qui entendent imprimer et imposer leurs différences !

Mais comment en est on arrivé là ?
Il faut reconnaître à Macron, qu’il a su maîtriser à la perfection le timing, le marketing et la communication ! À en faire pâlir les industriels de l’agroalimentaire ! Sauf que là, il ne s’agissait pas de vendre des boîtes de ravioli, des couches ou des tampons, mais de choisir qui était en mesure de sortir la France de l’ornière ! Les français étant des consommateurs influençables et décidément bien dociles, ils ont préféré croire en la promesse du « renouvèlement par la jeunesse », comme ils avaient cru précédemment au « réenchantement du rêve », et encore avant au « travailler plus pour gagner plus » et aussi aux tristement célèbres « fracture sociale », « force tranquille »… Les élections présidentielles françaises sont une suite de slogans vides de sens qui font acheter un type comme on achèterait le dernier téléphone à la mode… Sauf que là, le téléphone, on ne sait pas qui le fabrique, et on découvre toujours trop vite, et trop tard, qu’il n’y a pas de service après vente, mais qu’on va devoir faire pendant 5 ans avec une daube qui ne marche pas ! Si on ajoute à cette tare culturelle française dont n’importe quel aspirant politique en herbe serait crétin de ne pas profiter, l’éjection étonnement très opportune de Fillon, seul obstacle, qui a ouvert une autoroute au prodige désigné, magnifié et porté par une propagande médiatique outrancière ! Voilà la recette de l’élection de Macron, par 27% des français qui l’ont cru !
Capricieux, le français n’aime pas qu’on lui démontre qu’il a voté, encore, comme un âne! Et surtout, imbu et fier, jamais il ne l’admettra!
Mais quelles conséquences ?
L’élection de Macron enterre définitivement le bipartisme sous sa forme passée. Elle ouvre la voie à une multitudes de mouvements, tous plus citoyens ou républicains les uns que les autres, qui vont au final diluer encore plus les idées maîtresses pour institutionnaliser l’immobilisme ! Pour le plus grand profit des « élites » !
Dans le trou aussi les primaires ! Les français ont découvert, à droite comme à gauche, que ce processus réputé prolonger la démocratie, était bafoué sans vergogne par les apparatchiks des appareils, par opportunisme ou revanche ! 
Les dernières heures du front républicain ! Pour son 15ème anniversaire, l’adolescent front républicain a montré qu’il était un vieillard moribond! Le chantage ne prend plus et les français refusent de choisir… Il serait tellement plus simple de s’attaquer à ce qui fait le fond de commerce de l’extrême droite, à savoir la détresse sociale, mais la vieille garde, et la nouvelle fraîchement élue, préfèrent prendre les électeurs pour des moutons! Combien de temps avant l’irréparable ?
La fin des convictions et la mort de ce que la politique devrait avoir de grand ! Désabusés ou amusés, les français voient tout ce que la classe politique compte de ténors livrer le spectacle le plus affligeant qui soit ! Tout y passe… Racolage, reniement, trahison, coups bas, menace, vengeance… Pas sure que les français aient quoi que ce soit à gagner dans cette indigne tambouille de la petite cantine des trop nombreux nantis de la république !
Et après ?
Rien ! Comment un type qui n’est réellement soutenu que par à peine plus d’un quart des électeurs inscrits et qui n’aura, au regard du contexte général, pas de majorité réelle durable, pourrait faire quoi que ce soit ? Les français vont se lasser aussi vite qu’ils se sont pris de passion pour le jeune prodige… Et ils vont juste finir par compter les jours en attendant la prochaine fois !
Espérons que cette fois là, ils auront le choix… Ou plus exactement que cette fois là, « on » leur laissera le choix !

Publicités

FillonGate : Quel choix après le lynchage?

Une semaine après mon précédent article qui dénonçait la traque médiatique envers Fillon, le lynchage à redoublé d’intensité! Nous avons même eu droit hier, sur une chaîne du service public, à un montage à charge, sous couvert d’investigation, qui n’apporte rien de nouveau à part, à grand renfort de populisme crasse, de renforcer l’opportun soupçon et le dégoût de la politique en général!

Fort logiquement, sous cette pression savamment orchestrée, la position du candidat désigné par la primaire de la droite et du centre se dégrade de jour en jour… Tant et si bien qu’il est de plus en plus question de le remplacer! Même si j’espère me tromper, ce n’est vraisemblablement plus qu’une question de jours ou de semaines avant que les lyncheurs n’aient finalement la peau de Fillon et le la droite républicaine en prime, puisque n’importe quel remplaçant n’aura aucune légitimité!

Les mêmes médias, acteurs de la mise à mort de Fillon, qui se sont trompés sur tout, le brexit, Fillon, Trump, Hamon… s’empressent déjà de nous vendre le prétentieux enfant prodigue Macron comme la seule alternative logique! Un peu comme si ils faisaient tout pour avoir raison au moins une fois et casser cette image de pathétique « madame Irma » qui leur colle à la peau à juste titre!

Normalement, toute personne dotée de suffisamment de neurones fait un choix en fonction d’éléments factuels! En l’occurrence, le choix du futur président, devrait se faire sur le programme avancé et avec pour seule motivation l’intérêt du pays hors de toute autre considération, d’autant plus quand le pays est au bord du précipice!

Mais nous sommes en France, et rien n’est normal, même si l’actuel locataire de l’Elysée a voulu un temps nous faire croire le contraire! L’histoire a montré que les français choisissent leurs élus comme ils choisissent leur lessive! Ils se moque du programme ou de l’avenir du pays. Ils vont, comme des veaux, apporter leurs voix à celui qui aura eu la promesse la plus généreuse, qui aura la plus belle gueule, qui serait le gendre, ou l’amant idéal!

À ce jeu, Macron mérite un Oscar! Voilà un type qui est ultra favori, qui est soutenu par de plus en plus de sommités de tous horizons et… qui n’a aucun programme?! Sans cesse repoussé, le fameux programme est maintenant promis pour le mois de mars prochain et n’est déjà plus un programme mais la vague notion abstraite d’un « contrat présidentiel »! Et pour cause… Comment bâtir un programme sur du vide? Les « marcheurs » du mouvement administrent des questionnaires sur le terrain pour prendre la température de l’opinion. Ensuite, ces données sont traitées et analysées pour alimenter le candidat en grandes idées maîtresses… Sauf qu’il n’y a aucune idée, aucune vision, aucune solution, mais juste la cynique réalité qui consiste à reprendre ce que la majorité souhaite entendre sans blesser personne! On notera avec amusement que les industriels utilisent la même méthode pour trouver les éléments de langage des publicités qui vanteront leurs produits. Macron, de fait, ne considère pas les français comme des électeurs potentiels, mais comme de vulgaires consommateurs de boîtes de raviolis! Pour finir d’éclairer sur le bonhomme, est-il nécessaire de rappeler qu’il a été l’artisan du programme économique de Hollande et qu’à ce titre il est comptable de l’explosion du chômage, de la misère, des impôts… Celui qui n’a jamais été élu nulle part (même s’il a déclaré récemment ne pas avoir de collaborateur dans « sa » circonscription, oups!) et qui se présente comme un candidat hors système, en est en fait le pur produit! Voter pour Macron équivaut à donner un deuxième mandat à Hollande… Tel père tel fils! Personne n’a d’ailleurs de mal à imaginer Hollande se réjouir de la percée de sa création, et de se délecter de l’éclatement d’un Parti Socialiste qui l’a lâché, dont une grande partie va rejoindre les rangs de son poulain! Au royaume de la combine politicienne, des coups bas et de la vengeance froide, les chiens ne font pas des chats! Ne comptez donc pas sur moi pour rejoindre les rangs des ménagères usées, des femmes délaissées ou paumées qui fantasment, dans une pulsion de cougar, de se taper le « beau gosse » de cinq à sept! Mes motivations sont autres…

Vient ensuite le cas Hamon! Sa désignation lors des primaires dites citoyennes à eu le mérite de confirmer que le PS est profondément divisé et qu’il ne peut plus en l’état prétendre à jouer seul un rôle de premier plan sur la scène politique française! Même si une part de l’engouement pour Hamon est en bonne partie le fait d’un rejet de Valls, son programme et notamment son idée de revenu universel ne sont pas inintéressants, tout du moins sur le plan philosophique. Car s’il est vrai que le travail est en raréfaction, que le phénomène va s’amplifier, et qu’il faudra de ce fait revoir l’assiette de financement de notre protection sociale, ses solutions ne sont pas abouties et dénotent globalement d’une forme d’amateurisme béat propre à l’ADN de la gauche! Hé oui! La dure réalité s’impose toujours et Hamon devra bien admettre que l’argent ne pousse pas sur les arbres, que la dette a ses limites et que l’économie mondialisée a des règles qu’on ne peut pas ignorer, sauf à vouloir tuer le peu de compétitivité qui reste à la France! S’il ne veut pas être le cinquième homme du premier tour de l’élection présidentielle, Hamon va devoir faire des compromis sur son programme et s’y emploie d’ailleurs d’arrache-pied! Le ralliement de Jadot, désigné par la primaire EELV, lui semble presque acquis puisque celui-ci semble en grande difficulté pour réunir les parrainages nécessaires. Mais le morceau de choix que Hamon aimerait bien voir se rallier à lui, c’est Mélenchon et les communistes qui sont derrière lui! On assiste en ce moment à un savoureux jeu de séduction dans le registre du « je t’aime, moi non plus » entre Hamon et Mélenchon et à des déclarations d’amour enflammées au nom de l’unité de la gauche aux électeurs de l’un ou de l’autre. Si il est impossible de savoir lequel des deux va gagner le combat de coqs, une certitude s’impose: Le maigre espoir pour la gauche dite radicale de jouer un meilleur rôle que celui du troisième couteau au premier tour de l’élection présidentielle les oblige à une union qui ne doit pas tarder! À suivre…

Continuons avec Le Pen… Tous s’accordent à lui voir remporter la première place lors du premier tour de l’élection présidentielle! Selon les différents scénarios possibles du second tour, elle est même régulièrement désignée vainqueur… Comme Macron, c’est une championne d’une forme de populisme, douée pour dire aux gens ce qu’ils veulent entendre, plutôt que ce qui serait réellement utile au pays. On ne peut néanmoins pas lui retirer le succès de l’entreprise de dédiabolisation du FN, dont les scores grandissants de sa formation politique lors de tous les derniers scrutins sont la criante illustration, même si il ne faut pas écarter dans l’explication de cette réussite l’échec patent des partis traditionnels raillés sous le sobriquet d’UMPS! A tord, le FN est classé à l’extrême droite. Car à y regarder d’un peu plus près, le programme de Le Pen, notamment économique, est une copie des revendications d’extrême gauche dont elle partage aussi une europhobie assumée! Seul le sujet de l’immigration démarque Le Pen de Mélenchon! Les deux partagent d’ailleurs les mêmes méthodes, et souvent le même électorat ouvrier / populaire qui paie le plus cher les conséquences désastreuses des politiques menées durant les deux derniers quinquennats. Le programme de Le Pen (comme celui de Mélenchon) ne leur offrira aucune solution mais uniquement des régressions et au final la dégradation de leur condition! Mais bon… Il semblerait que certains enfants aient besoin de mettre les doigts dans la prise pour comprendre tout le mal que cela fait!

Il y a aussi la vingtaine de candidats déclarés, dont on ne sait pas encore si ils obtiendront tous leurs parrainages. Les énumérer m’apparaît aussi fastidieux qu’inutile! Tous étant crédités d’un score ridicule au premier tour, on peut juste s’interroger sur leur motivation profonde! Certains aiment s’écouter parler, malgré des logorrhées assommantes et vides de sens, certains ne sont là que pour faire reluire leur ego et accéder (encore) au fameux quart d’heure de célébrité, certains sont des nostalgiques inconsolables d’un passé révolu et n’ont que de Gaulle à la bouche, certains sont purement intéressés et utilisent l’élection pour remplir les caisses de leur micro parti dont ils vivent, certains assouvissent une vengeance personnelle par une présence nuisible à un autre, certains font du chantage à un candidat mieux placé pour négocier une investiture ou un poste, et certains tout cela à la fois! Ils couvrent le champs de l’extrême-gauche à l’extrême-droite et ont tous en commun de n’avoir aucun programme, aucune ambition pour la France et de n’être ce qu’il faut bien appeler que des parasites!

Reste Fillon, qui pour l’heure est toujours dans la course… Parti de loin lors de la primaire de la droite et du centre, il s’est finalement imposé sans équivoque possible face à Juppé, le candidat désigné des médias depuis plus d’un an et face à Sarkozy dont les aficionados n’ont pas ménagé leurs efforts pour flinguer tout le monde! Mais le résultat est là! Lors d’un processus démocratique de désignation ouvert qui a rencontré un succès historique inégalé, par sa pugnacité, et avec un programme ambitieux en en adéquation avec la situation du pays, Fillon a gagné sa place et montré sa détermination! Même si certains points de son programme me semblent un brin excessifs, trop rapides, et n’avoir que peu de chances de voir le jour, globalement, le projet est réaliste, ficelé et totalement en phase avec le besoin de réformes structurelles nécessaires à la France! Après, je peux concevoir que tout le monde n’adhère pas, le débat d’idées ne me fait pas peur et est même aussi sain que nécessaire pour faire avancer la politique. En revanche je refuse de réduire la politique à une joute de « père la morale » qui éluderait en bafouant la présomption d’innocence l’essence même du grand rendez-vous démocratique qu’est l’élection présidentielle!

Contrairement aux médias, je n’enfile pas l’habit du délateur, ni celui du procureur, ni celui du juge, ni celui du lyncheur que l’ont voudrait faire porter à tous les français! Je ne préjuge pas de la culpabilité ou de l’innocence de Fillon! C’est à la justice de faire sont travail, et uniquement à elle! Il serait quand même suicidaire de nous passer du seul candidat ayant un programme sensé capable de redresser et de rassembler le pays! Et puis il y a eu un précédent avec Chirac. Si la justice, après une enquête sérieuse, devait finalement condamner Fillon après un ou deux mandats, rien ne l’empêchera de le faire! Car la question essentielle que l’on doit aujourd’hui se poser n’est pas de croire ou non dans la culpabilité de Fillon, mais de désigner celui qui a la stature et le programme pour sortir la France de l’ornière!

Alors viendra l’heure du choix… Et ce jour là, si Fillon n’est pas là, si il a été contraint de renoncer par tous ceux qui veulent sa peau à droite comme à gauche, mon vote n’ira pas au remplaçant qui sera désigné pour le remplacer car il n’aura aucune légitimité et que ce serait une trahison envers les millions de français qui ont participé à la primaire de droite! Je ne m’abstiendrai pas non plus, car ce serait laisser le champ libre à ceux qui ont orchestré l’odieuse campagne de calomnie qui occupe à plein temps les médias complices!

En pleine conscience, si l’option Fillon m’est volée, et bien qu’elle me répugne au plus haut point, je voterai Le Pen!

Ce choix assumé aura plusieurs avantages et finalement que peu de conséquences!

Premièrement, ce choix punira les opposants politiques qui faute de candidat crédible ou de programme auront voulu manipuler l’élection présidentielle!

Deuxièmement, ce choix punira les « amis » de façade qui auront vilement profité et participé au lynchage pour assouvir de vieilles rancœurs!

Troisièmement, ce choix punira les médias, qui se veulent des faiseurs de rois alors qu’ils ne sont que des blablateurs qui se seront encore trompés!

Et quatrièmement, rien de bien grave, ce choix remplacera un clown à l’Elysée par un autre clown, par le pire d’entre eux! Aucun risque, pas plus que pour Trump aux EU, les institutions sont bien faites… Fraîchement élue, Le Pen n’aura pas de majorité à l’assemblée et sera d’entrée contrainte à une forme de cohabitation inédite en plus de la difficulté à constituer un gouvernement tant les cadres compétents manquent au FN, les mesures emblématiques prônées seront logiquement frappées d’anticonstitutionnalité ou réduites à peau de chagrin, son ambition de sortir de l’Euro n’aura pas le temps de voir le jour… En résumé, Le Pen présidente ne sera qu’un pantin incapable d’agir et nous laissera, si elle va au bout de son mandat, après un immobilisme forcé, une France dans le même état que l’aura laissé Hollande!

Ne laissez pas le Gepetto de l’Elysée vous imposer sa marionette! Ne laissez plus les médias complices choisir votre bulletin de vote! C’est votre seul moyen d’expression à l’endroit de nos « élites »! Et si comme moi vous envisagez d’exprimer votre colère si Fillon est exclu… Dites le haut et fort dès maintenant, cela est respectable et sera d’autant plus respecté!