Des primaires, Oui! Des primaires ouvertes, Non!

L’idée des primaires est une très bonne idée, car elle rapproche tous les candidats de la réalité et traduit une compétition saine et nécessaire au sein d’une famille politique. En revanche, le concept des primaires ouvertes est une ineptie totale! La politique est une question d’idées fortes, portées par des hommes fait de convictions claires et soutenues sans réserve par tout un parti… Dans ce contexte, il apparaît totalement stupide de vouloir diluer les idées, le leadership et l’unité d’un mouvement en permettant à ceux qui ne partagent pas la même vision de s’exprimer. L’échéance électorale en elle même offre la garantie démocratique suffisante. La désignation du candidat d’un parti n’a aucune raison légitime de se plier à la même règle, et la logique veut que les seuls militants portent ce choix.
Les désavantages sont nombreux, et l’exemple des primaires ouvertes du PS en 2011 l’ont démontré avec force. Le candidat qui veut l’emporter est contraint de rassembler de la façon la plus large possible au-delà de son propre camp. Adieu donc toute notion de projet politique. La conséquence est un programme qui se résume à une avalanche insensée de promesses et de compromissions. Le résultat, nous le vivons tous aujourd’hui, c’est l’élection d’un homme sans réelle majorité, incapable de gouverner, incapable de réformer, incapable de mettre en œuvre ses innombrables promesses qui se transforment naturellement en mensonges! Personne ne peut nier que si les seuls militants socialistes avaient contribué au choix de leur candidat, Hollande n’aurait certainement pas passé le cap du premier tour des primaires.
La droite doit donc tirer l’enseignement de cet échec patenté que nous ont donné les socialistes en ne s’engouffrant pas dans ce piège! Renoncer à des primaires ouvertes sera même un ingrédient majeur de la refondation et du redressement du premier parti de droite. C’est la garantie d’un programme basé sur des valeurs claires. C’est la garantie d’une majorité parlementaire uniquement unie autour du projet. Programme et majorité qui sont le pré requis de la crédibilité et de la capacité à agir!
La politique n’est pas à mon sens une affaire d’eau tiède! La désaffection grandissante du peuple pour la chose politique tend à me donner raison. Tous les chantres de la primaire ouverte me font penser à ces gens qui ne sont pas inscrits sur les listes électorales et qui font entendre leur émoi à l’envi! En quoi une personne qui ne fait pas l’effort de l’engagement militant, aurait-elle une légitimité à désigner un candidat? Pire, offrir ce choix à ceux qui n’ont pas la même sensibilité politique n’est-il pas une façon de marcher sur la tête? Hérésie pure!
Le militant, qui ne l’oublions pas remplit les caisses, est la base de toute formation politique. Sans lui, il n’y a pas de parti et pas de prétendant possible! Organiser des primaires ouvertes équivaut à le remercier avec un coup de pied au c.., a nier purement et simplement son engagement, a dévoyer les valeurs qui en sont la base, a le déposséder de son droit légitimement acquit!
J’engage vivement tous les candidats à la présidence de l’UMP à se saisir et à se prononcer clairement sur ce sujet essentiel de fonctionnement du mouvement. Mon choix ira à celui qui saura réellement rendre la parole aux militants. Nul jalon posé pour 2017, n’aura de valeur a mes yeux, tant que ceux qui y pensent en se rasant n’aurons pas affirmé la valeur et la garantie du respect de l’engagement militant!
A bon entendeur…

IMG_0343.JPG

La course aux primaires!

Bon nombre de ténors de l’UMP ont déjà affirmé vouloir relever le défi des primaires. Certains n’étant que le bras armé d’un autre « champion », histoire d’occuper le terrain médiatique. D’autres, plus sincères, courent la France pour améliorer leur notoriété et tenter de se faire une place au sein de l’écurie réputée crédible imposée par la presse et les chroniqueurs en panne d’inspiration. Parmi ces « poids lourds », Alain Juppé s’est fendu d’un long billet sur son blog pour expliquer au final qu’il est candidat aux fameuses primaires… Démarche un brin étonnante s’il en est?! En effet, le vieux routard qui aura 72 ans en 2017, avait promis qu’il ne s’intéressait plus qu’à sa bonne ville de Bordeaux dont il a récupéré la mairie au retour de son exil canadien suite à ses déboires judiciaires qui ont conduit à son inéligibilité. Aussi, il fait parti du triumvirat autoproclammé qui avait dès les premiers instants du putsch, promis d’avoir pour seule priorité l’assainissement du parti ainsi que l’organisation d’un congrès destiné à désigner un leader à même de souder le mouvement. Le pilier de la chiraquie n’aura donc pas tardé à faire l’inverse de ce qu’il déclarait la main sur le cœur il y peu?! Est-il malgré tout « le » sauveur qui saura défendre les valeurs de la droite en 2017? Bien qu’en apparence moins pédant et arrogant qu’à ses débuts, ses casseroles judiciaires et son âge ne plaident pas en sa faveur… Et s’il on prend le soin de lire ce que serait l’ébauche de sa vision politique pour la France, ont se rend bien vite compte que Juppé ne fait ni plus ni moins que du Chirac! Et ce dont la France n’a surtout pas besoin dans sa situation actuelle, c’est de retomber dans l’immobilisme d’il y a dix ans! Illustration de ce néfaste retour en arrière, l’opportuniste Bayrou, qui si l’on lit entre les lignes, officialise son soutien à Juppé! Comme si l’heure était à se partager un gâteau, dont les ingrédients nécessaires à la préparation ne sont pas encore réunis?! Le manque de tempo est à la hauteur de l’inadéquation au besoin, dans une incohérence cynique…
D’autres commentateurs voient dans cette démarche de la pure stratégie pour couper l’herbe sous le pied de Sarkozy?! Ha! Encore le spectre de Sarkozy! S’il ne fait aucun doute que l’ancien président, toujours adulé par une écrasante majorité de militants, pourrait aisément reprendre en mains l’UMP et vraisemblablement remporter des primaires qu’il voudrait pourtant éviter, est-il pour autant celui dont il faut attendre le salut? Il faudra bien que les militants de l’UMP et les sympathisants de droite se rendent à l’évidence que non! Et le plus tôt sera le mieux! Peu importe qu’il soit blanc comme neige… Les nombreuses affaires en cours dans lesquelles il est pointé, ainsi que les conditions de financement de son élection en 2007 sont des handicaps majeurs qu’il n’est pas possible de nier. Ou alors, il faudrait que toutes les affaires soient soldées en 2015 et que l’homme soit blanchit de tous les soupçons et accusations qui planent sur lui?! Autant se remettre à croire au Père Noël! La justice jouera le jeu du Parti Socialiste, dont l’intérêt est de faire traîner les affaires en longueur pour mieux les instrumentaliser en campagne électorale! Au regard de l’enseignement de la campagne de 2012, ce sera une véritable curée! Dans ses conditions, Sarkozy, même s’il est capable de personnifier le redressement du parti et de devenir un candidat légitimement désigné, le déchaînement médiatique qui s’abattra immanquablement sur lui, sans compter les coups tordus de ses « amis », ne lui garantiront même pas une place au second tour de l’élection présidentielle! Cette douloureuse prise de conscience est nécessaire aux militants de l’UMP s’ils espèrent conserver une chance de virer Hollande. Leur choix devra donc se porter sur un autre poulain. Et pas sur Fillon! L’ancien premier ministre de Sarkozy traine aussi bon nombre de casseroles, notamment sa guerre outrancière avec Copé qui est pour partie responsable de la déliquescence de l’UMP… Guerre qui ne tardera pas à refaire opportunément surface avec de nouvelles révélations fracassantes en guise de règlement de compte politique et personnel. Aussi, son look de croque-mort ne séduit pas grand monde si l’on en croit les sondages. Pas plus que ses efforts seront vains pour se dédouaner du bilan Sarkozy, car ne lui en déplaise, c’est aussi son bilan personnel! Quel que soit son supposé talent, toute cette vieille garde de l’UMP et ses méthodes, qui symbolise la fin d’une époque et surtout ce que les militants ne veulent plus voir, n’a aucune légitimité à briguer la direction du mouvement ou une candidature en 2017!
N’oublions pas, qu’alors que la France souffre et s’enfonce un peu plus chaque jour, victime du dogmatisme de la vision politique éculée des socialistes, l’opposition que l’UMP est sensée porter, ne donne au quotidien que le triste spectacle de coups bas dans d’interminables combats de coqs! Triste illustration de cette situation, aucun des ténors du parti ne souhaite une cohabitation, et l’opportunité de revenir aux affaires! Et pour cause… Trop occupés à s’entredéchirer, les hommes providentiels autoproclammés en ont oublié de construire l’opposition et un programme d’alternance! Démonstration, s’il en est besoin, que cette clique est plus sensible à son ambition personnelle qu’au sort de la France et des Français!
Comme d’habitude, c’est l’opportuniste patronne du FN qui tire la couverture à elle. Même si elle n’est pas plus prête à gouverner qu’un vinaigre pourrait passer pour un grand cru, elle occupe le terrain médiatique et distille dans les esprit qu’elle représente la seule voie, puisque tous les autres ont déjà jeté l’éponge! Un peu ironique?! Non?
Alors revenons aux faits. La fracture entre l’exécutif et le PS est grandissante. Le premier est à un plus bas historique de confiance, et le second plus divisé que jamais. La notion de majorité n’est plus qu’une chimère déchaînée. Dans ce contexte, personne n’est en mesure de dire si une dissolution se profile, ni même si Hollande pourra terminer son mandat! Toute opposition crédible sauterait sur l’occasion pour précipiter les choses… Mais non! Les éléphants de l’UMP s’accrochent avec désespoir à l’idée que le calendrier électoral est inéluctablement figé, comme pour mieux le faire coïncider avec leur absence totale d’anticipation ou de motivation à combattre!
Au plus fort de la crise de l’UMP, j’écrivais déjà que le parti se devait d’être prêt et en ordre de bataille dès la rentrée pour retrouver sa place d’unique opposition légitime! Au lieu de cela, le message estival envoyé aux militants et sympathisants, est une immense cacophonie d’ambitions exacerbées, en total décalage avec l’actualité et la situation politique du pays!
Je me souviens de mon mémoire de fin d’études, ou était mis en avant l’idée que juste bien faire les choses est totalement insuffisant, et qu’il convient surtout de bien les faire au bon moment!
Cette course effrénée vers des primaires, à une date totalement hypothétique, avec un parti moribond… Non seulement ça n’est pas le bon moment, mais c’est sans doute la pire façon de faire!
Gageons, puisque l’avertissement des européennes et municipales n’a pas éveillé les consciences, que les scrutins à venir, quelles que soient leurs dates, vont laisser les fesses rouges pour longtemps aux Machiavel de bazar qui courent seuls sans but!

IMG_0343.JPG