«Padamalgam», la pilule dure à avaler!

Sans conteste, c’est le «mot» le plus prononcé en cette période d’émoi instrumentalisé que certains prolongent le plus possible dans un engagement totalement désintéressé. Le «padamalgam» est devenu le leitmotiv de toute la cohorte des simplets qui s’engouffrent dans l’idéologie de l’excuse. Déjà oublié le «Je Suis Charlie»! Ou pour le moins déjà très nuancé… Hier, la liberté d’expression était inconditionnelle. Aujourd’hui, elle est accompagnée de réserves. Et voilà que l’on nous explique qu’en France, on peut tout dire, que c’est un droit fondamental, mais qu’il convient de faire attention à ne pas blesser quiconque?! En clair, tout un chacun est sommé de s’automédiquer une autocensure bon ton!

Il faut dire que le déchainement de contestations dans tout le monde musulman a bien aidé nos chantres de la liberté d’hier à retourner leurs vestes. Apeurés qu’ils sont d’être soupçonnés d’islamophobie… Ridicule! Ridicule et dangereux! Dangereux pour les fondements mêmes de la République! Car l’autocensure engendrée par cette peur panique de sortir de la normalitude imposée est un acte de soumission. C’est un renoncement clair à nos valeurs.

Il convient de clarifier un point essentiel. Contrairement à ce que les crétins de SOS Racisme et toute la gauche plurielle, adeptes du dogme du vivre ensemble, martèlent sans fin, l’islamophobie, ça n’est ni bien et surtout ni mal! Vouloir à tout prix associer l’islamophobie au racisme et à la xénophobie est soit un acte profondément malhonnête, soit la démonstration de la méconnaissance totale de la langue française et du sens des mots… Je penche personnellement pour une malhonnêteté profondément islamophile.

Voilà ce qu’écrivait déjà le HCI dans son rapport de 2005 : « Le Haut Conseil à l’Intégration rappelle unanimement qu’en République, la critique de la religion comme de toutes les convictions est libre, qu’elle est constitutionnellement garantie et qu’elle fait partie de la liberté d’opinion et d’expression. Elle ne saurait être assimilée à du racisme ou de la xénophobie que les membres du Haut Comité à l’Intégration réprouvent et combattent activement. La pratique de la religion étant libre, l’islamophobie, c’est-à-dire la peur ou la détestation de la religion islamique ne relève pas du racisme. Le Haut Comité à L’Intégration, rapport annuel 2005. »

Depuis, la mission du HCI a été dévoyée, et il est devenu une sorte de gardien de la laïcité sous la pression des mêmes malhonnêtes. Le principe de laïcité a été fallacieusement détourné pour en faire une arme de destruction massive des valeurs, de la culture et de l’identité qui constituent l’héritage historique de la France, au service de la croisade islamophile.

Donc, dix ans après ce premier rapport de la HCI, l’intégration est un échec encore plus patent que tous s’accordent à souligner à droite comme à gauche. Dans le même temps, la République n’a eu de cesse de rogner ses principes pour faire des concessions à des revendications communautaires, tout en stigmatisant et en gommant le patrimoine génétique de la France en parallèle. Fruits de décennies d’une politique insensée et d’une lente soumission de fait, la République doit malgré tout faire face aujourd’hui au terrorisme sur son sol. Et aussi hilarant que cela puisse paraitre, la seule réponse politique apportée est le «padamalgam»?!

Les musulmans de France ne sont en rien les victimes que l’on veut nous faire croire! Les seules victimes sont ceux qui ont été lâchement assassinés pour venger le Prophète d’un supposé blasphème! Les soudaines déclarations d’amour de la communauté musulmane à la France n’y changeront rien. Toutes leurs contorsions pour afficher leur désir d’appartenance à l’utopique unité nationale aboutit invariablement au besoin de reconnaissance d’un droit revendiqué et exigé à la différence… Le cœur de l’échec de l’intégration des immigrés musulmans se situe là! Nous sommes face à un refus de s’intégrer sur fond de culture religieuse. D’ailleurs, à part quelques Imams en quête de gloriole médiatique, la communauté musulmane, dans son ensemble, a brillé par son absence lors de la grande parade de la liberté d’expression!

Les services de renseignement du monde entier évaluent entre 15 et 25% la part des musulmans qui ont une lecture fondamentaliste de l’Islam selon les pays, et la tendance générale est à la croissance. C’est un fait, que l’actualité illustre avec force chaque jour. Sur une population estimée de 1,7 milliards de musulmans dans le monde, cela représente entre 255 et 425 millions de musulmans réputés intégristes, soit la population des États-Unis! Une paille! Ramené à la seule France, sur une population là aussi estimée de 4,7 millions de musulmans, c’est donc entre 705 000 et 1 175 000 d’entre eux qui abordent leur religion de façon plus que stricte et qui la placent au dessus des Lois de la République! On est loin du discours rassurant de nos élites qui affirment que le risque se cantonne à quelques milliers de personnes dont quelques centaines seulement sont sous surveillance accrue… Il me semble évident que la France est dépassée par un phénomène devenu hors de contrôle et qui s’amplifie puisque nous sommes de loin le premier pays européen fournisseur de candidats au Djihad!

Au regard de ces chiffres affolants, le «padamalgam» s’avère un bouclier bien ridicule et surtout totalement inapproprié face à une menace réelle en pleine expansion…

A l’instar du petit poisson et du petit oiseau, chantés par Juliette Gréco, l’amour, aussi tendre soit-il, avec sa caravane de rêves tous plus enchanteurs les uns que les autres, n’ont pas permis aux deux protagonistes de consommer… Et pour cause!

N’est-il donc pas temps de revenir à ce que la logique a d’implacable et de se poser enfin sérieusement la question de la compatibilité de l’Islam avec la République?

 

Soumission

L’intelligencia de gauche n’en finit pas de s’arracher les cheveux… Après les succès des livres de Trierweiler puis de Zemmour, c’est au tour de Houellebecq de prendre l’autoroute royale vers le triomphe annoncé!

Pour s’en convaincre, il suffit de voir la campagne de dénigrement savamment organisée par la nomenklatura de la pensée unique… Bien avant sa sortie, le livre était déjà qualifié de « rance », « nauséabond », « gerbant »… Toute cette terminologie devenue totalement vide de sens à force d’un martelage aussi déplacé que ridicule! Sans doute parce que ces OVNI littéraires se vendent mieux et plus que l’ensemble de la prose indigeste des intellectuels auto-proclamés de la majorité plurielle qui entend prétentieusement décider de ce qui est bien ou mal pour tous! Mais aussi parce que dans ce monde de nantis, qui cultive l’entre soit et dont l’existence est aussi éloignée des logements sociaux que de la réalité du quotidien des français, il est inconcevable que la populace se pose des questions ou se mette à penser par elle-même!

Il s’agit donc bel et bien d’une question de soumission comme le suggère le titre du livre!

Ce qui est ironique, à ce stade, c’est que les chantres de gauche, qui prétendent défendre la liberté et qui s’attaquent à toute forme d’interdit, voudraient soudainement régenter le contenu des livres, après celui d’une grande partie de la presse, de la radio, de la télévision et du cinéma?! Alors, comme la censure à l’ancienne n’est idéologiquement pas dans leurs gènes, c’est le chemin détourné du lynchage médiatique qui est préféré! Et ils sont nombreux, les présentateurs, journalistes, éditorialistes, commentateurs, polémistes et experts à s’être soumis corps et âme au dogme de la pensée prémâchée des idéologues de Solférino! Et pourtant, malgré tout le ramdam de cette armée de serviles soumis, il semblerait que les français, eux, ne se soumettent pas à la censure déguisée que ceux qu’il faut bien appeler des fascistes voudraient leur imposer. N’en déplaise à tout ce petit monde, les précédents récents ont clairement montré que leur agitation est stérile, et gageons que comme pour « Le suicide français » et « Merci pour ce moment », « Soumission » n’ait pas de souci à se faire et grimpera sur le podium des ventes.

Mais revenons au livre et à son contenu. Je souhaite tout d’abord remercier une amie journaliste qui m’a récupéré un exemplaire dans une rédaction, où d’autres journalistes refusaient de le lire… Sans doute pour mieux en parler!

Je n’ai jamais été une inconditionnelle de Houellebecq. C’est du pur Houellebecq! Un brin caricatural et provoquant, dans un style qui ne casse pas des briques… Les afficionados du bonhomme ne seront assurément pas déçus. En revanche, le point très positif, c’est que le livre questionne avec intelligence. La fiction ne rejoint que mieux la réalité en mettant le doigt là où ça fait mal. Tout le monde en prend pour son grade dans cette description de la lente et inexorable agonie d’une civilisation et de son identité. Même si les crétins dont je parle précédemment n’en retiennent qu’une insulte, encore et toujours, faite au pauvre musulman et à l’Islam… La vraie victime désignée par le livre, c’est vous, c’est moi, qui avons été soumis insidieusement, sournoisement par des décennies de politique amateuriste. On comprend mieux l’affolement général que déclenche ce livre, car il souligne avec force les conséquences immaitrisables aujourd’hui des échecs de la politique migratoire européenne et de l’intégration. Plutôt que d’assumer leurs échecs, et tenter de renverser la vapeur, les trop orgueilleux gouvernants de l’Union persistent et tordent un peu plus chaque jour le cou à notre histoire, à notre héritage. Et à ce jeu, Bidochon 1er et ses sbires du vivre ensemble ont malheureusement mis la France en pointe de la soumission générale! C’est un fait… Nos cantines scolaires se sont soumises, nos piscines municipales se sont soumises, la laïcité est devenue une arme de destruction massive des symboles de notre histoire et de notre culture, le voile et la prière de rue sont devenus des banalités, la revendication communautariste est sans fin… A tel point que l’intégration n’est plus qu’un mot sans signification. La réalité, c’est que la dernière vague migratoire n’a pas l’intention de s’intégrer. Et pour cause! C’est elle qui est en train d’intégrer, ou plus exactement de soumettre, ses pays d’accueil!

Mais en parler, c’est mal! Ne pas ou ne plus vouloir porter les œillères vaudra immédiatement l’avalanche des qualificatifs éculés qui ont longtemps fait l’unique fonds de commerce des glorieuses forces de progrès aujourd’hui en totale décrépitude.

C’est sans doute à cause de cette décrépitude que l’élite de Solférino et de son « think tank » Terra-Nova, se triture activement les méninges pour s’imaginer d’urgence un avenir dans le nouveau paysage culturel qu’elle a construit mais qu’elle ne maitrise pas… Le méchant Houellebecq vend un peu la mèche des projets du PS, en imaginant dans sa fiction un Président musulman pour la France. De sources concordantes, et aussi parce que l’info commence à fuiter sérieusement, la question de tout faire pour capter le vote musulman est au cœur de la stratégie du Parti Socialiste et de l’actuel locataire de l’Elysée. Il faut dire que le nombre des musulmans a depuis longtemps dépassé celui des socialistes! Sur un plan purement comptable, et uniquement sur le papier, ça permet de faire le plein de militants et de bulletins de vote… Je crains que cette joyeuse smala de brillants cerveaux, qui décide une fois de plus de se faire poissonnier la veille de Pâques, ne soit déçue. Les musulmans embrasseront les valeurs socialistes avec la même force et la même détermination qu’ils ont mis à s’intégrer… Autant dire que si l’hypothèse d’un Président musulman est crédible, le fait qu’il représente le PS est de la science fiction! Car une chose est sure… L’actualité montre quotidiennement que les musulmans ne se soumettent pas, mais qu’ils sont passés maitres dans l’art de soumettre.

Alors lisez ce livre. Vous n’en serez que mieux renseignés sur l’avenir que vous construisent les islamophiles opportunistes de notre fière démocratie… Démocratie, pour combien de temps encore?

Pendant que j’écrivais ce billet, le bras armé de la soumission frappait Charlie Hebdo! Et ceux-là même qui avaient la gerbe hier, nous parlent aujourd’hui d’unité nationale face à la barbarie… Après les indignés a deux balles, les insoumis de circonstance!

Je suis Charlie autant que je suis Houellebecq ou Zemmour, car ils dénoncent le même Islam, obscurantiste et conquérant!

Immigration… Le grand tabou de gauche!

Souvent par idéologie passéiste, mais aussi par calcul électoraliste, la gauche s’impose et impose à tous son grand tabou : L’Immigration.

L’éviction d’Éric Zemmour par iTélé en est la dernière illustration. Pourtant, l’homme dont on sait maintenant qu’il a été jugé à la va vite sur des propos honteusement trafiqués par un journaliste espagnol mal intentionné, ne fait que constater ce qui s’impose à tous, et a le mérite de porter sur la place publique des questions essentielles partagées par tous. Mais peu importe! L’oligarchie de la bien-pensance, pétrie de sa boboïtude nauséabonde, a fait taire celui qui avec des mots simples et compréhensibles par tous, vend plus de livres que tous les intellectuels de gauche réunis qui ont la prétention de décider ce que le peuple doit faire et penser…

Alors, tout ce que la classe politique connait de couteux et bruyants inutiles nous explique que l’immigration est un « bienfait pour la France », que la France s’est construite avec l’immigration… Le tout, sans statistique, dans une énumération plate et vide de sens qui évite soigneusement les différences culturelles et identitaires de la dernière vague migratoire. Certains vont même, face à l’échec patenté de leur politique, dans un effort tragi-comique d’auto-flagellation, jusqu’à se reprocher de ne pas avoir fait ce qu’il fallait pour assurer l’intégration?! Autant dire que toute cette smala marche joyeusement sur la tête!

L’évidence, la réalité même, c’est que les fameux immigrés qui ont par le passé participé à la construction de la France avaient tous en commun avec le « français de souche » tant décrié, une identité européenne et un héritage socio-religio-cultrurel qui a grandement facilité leur intégration. L’échec de l’intégration n’est apparu qu’avec l’arrivée des populations d’Afrique du Nord et autres zones qui ont toutes en commun d’être musulmanes.

Les Italiens, les Espagnols, les Portugais, ou les immigrés d’autres pays d’Europe ont su s’intégrer seuls à la France. Ils ont embrassé sans réserve nos Lois, notre culture et sont aujourd’hui totalement fondus dans la masse. En revanche, la dernière vague migratoire, semble refuser l’intégration. Et pour cause, l’Islam que l’ont présente à tord comme une religion, s’impose aux musulmans comme une Loi supérieure en tous points à celles du pays d’accueil! Comment dans ces conditions voulez-vous que l’intégration puisse se faire? C’est à celui qui choisit la France de s’intégrer, seul… C’est l’effort minimum! Cela suppose, comme toutes les autres vagues migratoires l’ont fait avant, d’accepter sans réserve l’histoire, la culture et les traditions françaises. Dans le cas contraire, il existe une cinquantaine de « Terres d’Islam » dans le monde qui répondront sans aucun doute beaucoup mieux aux aspirations et attentes des malheureux prétendants au séjour sur le sol de France. Etonnant que malgré tous nos travers de mécréants infidèles, tous ces musulmans souhaitent par-dessus tout s’installer chez nous?! Se pose naturellement la question de leur motivation profonde… Et là, on se rend compte que nous sommes en face d’une population qui vient uniquement chercher la générosité de notre système social, et qui en contrepartie refuse l’intégration, à commencer par la laïcité. Comble de l’ironie, l’école de la République se soumet au chantage des contraintes alimentaires dans ses cantines, les piscines municipales cèdent au refus de mixité et aménagent leurs horaires, nos « élites » s’évertuent à gommer toute trace de notre héritage identitaire de l’espace public alors que dans le même temps s’imposent les prières de rue et le voile intégral…

Il n’y a de toute évidence aucune volonté d’intégration de la part des musulmans qui ont choisit la France! En revanche, il y a de leur part une volonté forte et avérée d’importer et d’imposer la culture islamique partout et à tous! Il est illusoire de vouloir aider quelqu’un qui ne veut que les aides… Un peu comme le vieil adage qui nous parle du beurre et de l’argent du beurre.

Tous les grands discours sur la question des moyens accordés à l’intégration relèvent donc de la crétinerie pure! Pourquoi, soudainement, alors que cela n’a jamais été nécessaire avant, faudrait-il consacrer des moyens pour assimiler des immigrés? Cela ne ferait que renforcer le communautarisme qui justement gangrène notre pays.

N’en déplaise aux idéologues islamophiles de notre belle gauche plurielle et d’une partie du centre, le traitement de l’immigration doit être universaliste et non communautariste!

Et au bout du bout, si le vivre en France est si insupportable pour le musulman, c’est peut-être qu’il faut aller vivre ailleurs… En tout cas, la France, elle, n’a pas à se renier pour quelques bobos masochistes islamophiles adeptes d’un utopique vivre ensemble!

11 Septembre…

Il y a treize ans, comme beaucoup à travers le monde, j’étais devant la télévision, tétanisée par les images d’horreur qui passaient en boucle. J’essayais aussi de joindre sans succès des amis dont je savais qu’ils travaillaient au World Trade Center. C’est plusieurs jours plus tard, que trois d’entre eux sont passés officiellement du statut de « disparu » à celui de victime. Même si je ne me berçais pas d’illusion, il y avait en moi, comme en tout être humain civilisé, de l’espoir… Je n’oublierai jamais ces cérémonies funéraires sans corps. Lire les noms de mes amis gravés dans la pierre du mémorial est toujours aussi nécessaire que douloureux, et il ne se passe pas un seul de mes nombreux voyages dans la grosse pomme sans ce pèlerinage.

Que reste-t-il de ce jour tragique qui a changé les Etats-Unis et le monde entier pour toujours?

Certes, les EU ont mené une longue et légitime traque des auteurs identifiés et les ont pour la plupart éliminés. Mais tout cela me laisse un indicible goût d’inachevé. L’islamisme continue de se répandre partout comme une gangrène. Le spectacle des abominations perpétrées dans le monde par ces groupes de fanatiques décérébrés en est la sinistre illustration quotidienne. A tel point que la question n’est pas de savoir si Paris ou d’autres capitales du monde occidental seront frappées comme New York en 2001, mais quand!

Pour ma part, je me moque des prisonniers de Guantánamo, car il ne pèsent rien face aux victimes innocentes de l’islamo-mafio-terrorisme! Je me moque aussi des méthodes de renseignement utilisées, car il n’y a qu’un crétin pour s’imposer des limites face à ceux qui ne respectent rien ni personne!

Je n’ai jamais cédé à la terreur, et tous les attentats du monde n’y changeront rien, je ne céderai jamais à la terreur!

A tous les demeurés, pétris de boboïtude crasse, qui se réjouissent, font de l’humour ou de l’antiaméricanisme primaire sur le hashtag #11septembre, je dis simplement que le jour malheureux où ils seront à leur tour des victimes est sans doute plus proche qu’ils ne l’imaginent. Aveugles et lobotomisés qu’ils sont!

A nos dirigeants français, je demande que la France cesse de financer le terrorisme par le paiement des rançons car cela n’est ni plus ni moins que de la complicité!

Aux dirigeants du monde, je demande une union et une détermination sans faille pour mener enfin une lutte résolue, efficace et définitive contre le cancer des fous d’Allah! Cela coûtera et prendra le temps qu’il faudra, mais c’est une nécessité car le monde est en guerre!

Plus réaliste et déterminée que jamais en ce jour de treizième anniversaire…

A Sharon, Paul et Sean.

A toutes les victimes.

Aux héros.

A leurs familles.

A leurs amis.

Aux survivants.

A la Liberté, qui impose des devoirs avant d’en jouir.

 

We will never forget!

ISLAM : Religion de Paix au cœur du conflit israélo-palestinien ?

Ce billet fait suite au précédent (Dernière tendance de la boboïtude : La cause palestinienne) qui a suscité beaucoup de réactions sur ce blog, Facebook et Twitter. Merci à vos témoignages de sympathie et d’encouragement. Merci aussi aux innombrables décérébrés qui m’ont insultée et m’insultent encore quotidiennement, prouvant que le fond de ce blog est profondément juste… En appuyant là où ça fait mal. J’ai donc souhaité aller plus loin en pointant la mystification de ceux qui manifestent pour Gaza, la manipulation islamiste dont ils sont victimes et le cynisme de ceux à qui profite ce crime antisémite.

Hamas ShieldTout d’abord, en avant-propos, précisons le titre de ce billet. Certains pourraient s’émouvoir du lien qui est fait ici entre le conflit israélo-palestinien et l’Islam, arguant du fait que le conflit est purement politique et sans lien avec la religion islamique… Il n’en est rien ! L’Islam est la politique ! De nombreux sites d’information et de formation islamistes confirment d’ailleurs la chose tout à fait clairement et sans aucune ambiguïté. La charte du Hamas et des Frères Musulmans aussi ! C’est au nom de l’Islam que les arabo-musulmans justifient le conflit et leur pseudo légitimité affirmée. L’Islam est donc l’ingrédient principal, pour ne pas dire unique, du conflit au Moyen-Orient.

Maintenant que le lien entre politique et Islam est clairement et indiscutablement établi, posons-nous quelques questions de bon sens… Et trouvons la matière pour amorcer la réflexion et se faire une opinion… par soi-même…

Les Juifs ont-ils volé la terre qu’ils occupent ?

La question de la terre ! Nombreux sont les soutiens de la cause palestinienne à affirmer qu’Israël a volé une terre islamique, que l’origine du conflit est la spoliation. Qu’en est-il ? Cette question nécessite de remonter très très loin en arrière, et non pas de faire débuter l’histoire au moment qui serait le plus opportun pour justifier son idée. Le principe est simple. L’histoire est un tout. L’histoire est un fait. Et ne peut pas être saucissonnée pour tenter de légitimer. Car ce serait de la manipulation, du mensonge… Et bien force est de constater que nous baignons dans une immense mystification ! L’histoire la plus ancienne connue de ce territoire remonte aux Philistins. Il en ressort qu’aussi loin que l’on remonte, les Juifs ont vécu sur cette terre et ont dû s’y battre pour la défendre. Ca n’est que bien plus tard (plusieurs siècles), bien après les romains, que les arabo-musulmans s’y sont installés et ont décrété qu’il s’agissait d’une terre d’Islam. Donc, s’il devait y avoir spoliation, c’est en réalité celle des arabo-musulmans au détriment du peuple Juif. Il n’empêche que les palestiniens entretiennent sciemment un flou linguistique grossier. Car si le mot Palestine est bien hérité du mot Philistin, il n’y a aucun rapport culturel, religieux ou linguistique entre ces populations. Les Philistins sont un peuple disparu qui n’a aucun lien avec les palestiniens d’aujourd’hui ! Les revendications du Hamas et du Fatah n’ont donc aucun fondement historique contrairement à ce qui est régulièrement distillé par la propagande pro palestinienne. Cette question de la terre est à la fois l’argument de base du Hamas, et aussi l’explication de l’échec de toutes les tentatives de paix et de négociation. Il suffit pour s’en convaincre de se reporter à la charte du Hamas. Sous cet éclairage, il apparait clair qu’en réalité la question de la terre n’est qu’un prétexte pour justifier l’anéantissement de l’état d’Israël et du peuple Juif au nom de Dieu.

Le conflit palestinien n’est-il pas au fond qu’une question d’argent ?

La principale source de financement de l’autorité palestinienne est constituée d’aides internationales, dont l’Europe est un des plus gros contributeur. De nombreuses sources ont pointé du doigt, par le passé comme aujourd’hui, une corruption très organisée dans le but de détourner les aides. Ainsi, ont pu être démontrés l’enrichissement personnel de Yasser Arafat et de son clan dans des proportions inimaginables. Aujourd’hui encore, Mahmoud Abbas est au cœur de ce système mafieux qui semble non seulement perdurer mais s’amplifier. Les milliards qui sont sensés aider la population palestinienne au quotidien par le biais du développement, des infrastructures, de l’éducation… sont massivement détournées. Il a même été établi clairement qu’une partie de ces fonds servent à armer le Hamas et à financer des actions terroristes un peu partout dans le monde. L’UE, contrainte par les nombreuses révélations étayées, s’est émue de la situation et a diligenté une enquête qui s’est soldée par une « absence de preuve » (en l’absence de comptabilité !) et la recommandation de plus de transparence dans la gestion des fonds pour l’avenir. Quand on sait que les personnes en charge de cette enquête sont toutes islamophiles et acquises à la cause palestinienne, on peut légitimement se demander s’il ne s’agissait pas simplement de mettre une chape de plomb sur ce que tout le monde sait mais tait ! Le principal étant que le robinet reste ouvert ! Il semble évident que par le biais des aides, la communauté internationale tente d’acheter sa tranquillité, imaginant éloigner le danger terroriste de son sol… Le pari est extrêmement couteux et bien risqué ! Surtout quand on sait que 80% des actes terroristes commis à travers le monde sont de près ou de loin liés au conflit israélo-palestinien ! Il sonne donc comme une évidence que la question de l’argent est un frein majeur pour le chemin de la paix et pour la tranquillité mondiale. Non seulement les occidentaux arment les terroristes de Gaza, mais ils financent le terrorisme mondial ! Un comble ! Les dirigeants de l’autorité palestinienne n’ont aucun intérêt à la paix, car l’argent coule à flot à leur seul profit. Leur intérêt est même à une exportation massive du conflit pour augmenter les bénéfices !

Comment le Hamas recrute ?

On peut se demander comment un mouvement terroriste aux origines si anciennes peut maintenir en permanence un vivier sans cesse renouvelé de candidats au Jihad… La réponse est simple : Lavage de cerveau ! Dès leur naissance, les enfants palestiniens de Gaza sont littéralement soumis à un bourrage de crâne incessant destiné à les programmer pour le sacrifice au nom de l’Islam. Aucun accès à l’information, à la culture, à l’éducation… Juste un formatage méthodique pour dresser des individus. Le plus ironique, c’est que l’Union Européenne finance en partie le dressage par ses financements. Et puis l’actualité récente nous a montré qu’à Gaza, une école ne sert pas à dispenser le savoir, mais à stocker des roquettes ! C’est ainsi que le Hamas dispose à l’infini d’une ressource ultra conditionnée et acquise ! Un nombre important de bambins palestiniens vantant le Jihad est facilement accessible sur YouTube. En France c’est « l’école des fans », à Gaza c’est « l’école des armes », de la haine et la promesse de n’être qu’un corps sans vie agité au journal télévisé, à la grande fierté des parents du martyr !

Quelles sont les méthodes de communication de la cause palestinienne ?

C’est bien connu, une cause sans communication n’a aucune chance de se faire entendre, ni d’attirer la sympathie. Dans le cas du Hamas et du Fatah, la communication a laissé place dès le début à la propagande la plus sordide, en plus des attentats, dans le but d’exporter le conflit hors de Palestine. Le but premier est de montrer aux musulmans du monde une supposée injustice et de recruter des candidats potentiels au terrorisme. Le deuxième but, est de créer un émoi disproportionné destiné à générer des actions de soutien marquantes et violentes qui feront la une de la presse mondiale. Dans les deux cas, les méthodes de communication sont empruntées aux communicants du 3ème Reich ! Tout est bon… La stigmatisation permanente du Juif par des caricatures pour nourrir la haine. Le détournement d’information ou d’image est systématiquement la norme. Les discours des leaders postés sur YouTube avec la même verve qu’un certain Adolph Hitler. En ce moment, c’est l’ultra présence sur les réseaux sociaux qui est à son comble, notamment sur Twitter. Sauf que quand vous allez voir de plus près les comptes concernés, vous vous apercevez qu’il ont été créés récemment pour la circonstance, qu’il n’ont qu’une poignée d’abonnés et que l’activité est uniquement axée sur la propagation du message antisémite du Hamas… Ainsi, certains pourraient croire qu’il y a un réel engouement pour la cause palestinienne, alors qu’il ne s’agit que d’une illusion montée de toutes pièces par les Goebbels islamistes !

Qui sont les manifestants ?

Ils sont à classer en quatre catégories. Tout d’abord, il y a les réels soutiens à la cause palestinienne qui ont subi l’embrigadement de rigueur. Ils sont extrêmement minoritaires, et souhaitons qu’ils soient sous surveillance de la DCRI, car ce sont des Merah ou Memmouche en puissance qui n’hésiteront pas à tuer vos enfants demain. Ensuite, il y a ceux que l’on nomme les jeunes de banlieue. Ils ne connaissent rien au conflit, ont le QI d’une poule et ne sont là que pour casser et piller. Ils sont tous de confession musulmane, et leur haine culturelle et instinctive du Juif et de la République rend leurs exactions légitimes à leurs yeux comme contribution au combat islamique imposé. Vient l’ultra gauche. Pour eux, la cause palestinienne est un vulgaire prétexte. Ils ne sont là que pour instaurer un climat d’anarchie. Ce sont les casseurs organisés que l’on retrouve dans toutes les manifestations qu’ils transforment en terrain d’entrainement à la guérilla urbaine. On retrouve parmi eux les plus fanatisés du NPA, du FdG, du PC, de la CGT, d’EELV, des Black Block… et de toutes les mouvances trotskistes dont l’idéologie n’a qu’à peine dissimulé son antisémitisme primaire. Enfin, viennent les moutons. Tout ce flot un peu benêt qui s’engouffre dans le premier émoi qui passe pour donner un sens à sa vie ou s’acheter une conscience pour pas cher. Ces bonnes poires qui s’émeuvent à l’excès des baleines, des bébés phoques, des ours, des loups, des roms, de la pollution, du consumérisme… Ce sont des clients en or pour les théories du complot en tous genres et en particulier pour celle du complot Juif mondial qui veut dominer la planète et qui assassine des enfants palestiniens (si, si… Ils l’ont lu sur internet !)…

Est-ce que tous les musulmans sont derrière la cause palestinienne ?

En grande majorité, oui ! L’Islam le leur impose comme un devoir. Donc beaucoup embrassent la cause, même si ils y sont totalement étrangers. Juste pour ne pas faire tâche dans la communauté. Signe d’espoir, un nombre grandissant de musulmans ouvrent les yeux sur la barbarie et l’obscurantisme qui fondent l’Islam. Les témoignages d’apostats sont de plus en plus nombreux, révélateurs et émouvants de sincérité. De même, un nombre grandissant, qui a fui l’oppression de la religion dans les pays du moyen orient, qui a pu étudier et découvrir le monde, mène une croisade assumée contre l’Islam. Cette croisade, qui résulte de siècles d’une vision moyenâgeuse de la société, a d’ailleurs pris tout son sens lors de le publication des caricatures de Mahomet et des réactions disproportionnées de fanatiques lobotomisés un peu partout dans le monde.

La communauté internationale fait-elle tout ce qu’elle peut ?

Évidemment, non ! On peut même dire que nous nageons dans une hypocrisie crasse ! La communauté internationale a voulu et contribué à la création de l’État d’Israël. Avec le recul, on peut douter aujourd’hui de la sincérité du choix si l’on se replace dans le contexte historique de l’après-guerre. Cela ressemble à une manière de se débarrasser de la question Juive qui heurtait encore pas mal de consciences « innocentes » face à l’horreur de l’holocauste qu’il n’était plus possible de nier. C’est ainsi que nos bonnes consciences ont avalisé la création d’un état au cœur d’une terre revendiquée comme Islamique et entourée d’états ouvertement hostiles qui ont désapprouvé le choix de la communauté internationale dès le début. Certains ont même certainement pensé que le problème Juif allait ainsi se régler naturellement, loin de nos yeux et de notre responsabilité… On notera avec ironie que le même interventionnisme réputé pacifiste a contribué à faire des Balkans une poudrière ! Que reste-t-il d’ailleurs aujourd’hui de ces territoires découpés et redécoupés contre tout bon sens par l’ONU ? Il n’empêche que, contre toute attente, l’État d’Israël a su se construire rapidement, qu’il a su se protéger… Et ça, il ne le doit qu’à lui-même et au poids politique de la communauté à travers le monde ! Alors aujourd’hui, l’implication de la communauté internationale est pour le moins timide ! D’un côté elle classe comme terroriste des organisations telles que le Hamas ou le Fatah, et de l’autre elle leur offre une reconnaissance en en faisant des interlocuteurs à la table des négociations ?! N’y a-t-il pas une incohérence majeure ? D’autant que les terroristes en question déclament chaque jour que leur but ultime est l’anéantissement de tous les Juifs et l’instauration de la Loi islamique partout dans le monde ! Combien de « 11 septembre » faudra-t-il pour qu’enfin la communauté internationale cesse de baigner dans l’angélisme ? Le défi aujourd’hui du monde civilisé ne se résume pas au conflit israélo-palestinien qui n’est que la partie émergée d’un iceberg. Il convient, pour la sécurité du monde, de reconnaitre sans détour que l’Islam est porteur d’un message de haine et d’une déclaration de guerre contre tous les « infidèles », hommes ou états, qui s’impose à tous les musulmans. Comme l’affirment de nombreux apostats, les musulmans vont devoir changer ou disparaitre. Il ne peut en être autrement… Nous sommes au cœur d’une guerre bien réelle que nous n’avons pas déclarée et qui est niée par un monde politique apeuré et désemparé. Que la communauté internationale enlève donc ses œillères et commence par faire face à ses incohérences !

A vous maintenant de trouver la réponse aux questions qui s’imposent face à ces incohérences et à l’hypocrisie… face à l’angélisme des bonnes consciences…

Est-il normal que le Fatah, reconnu comme organisation terroriste, soit membre de l’Internationale Socialiste aux côtés du PS Français qui gouverne la France ?

Est-il normal que l’Union Européenne dont le conseil a classé Hamas et Fatah comme organisations terroristes verse des aides sans aucun contrôle ?

Est-il normal que Yasser Arafat, escroc reconnu et terroriste patenté aux mains pleines de sang soit fait Prix Nobel de la Paix au nom d’un symbolisme ridicule ?

Est-il normal de laisser prospérer partout le radicalisme le plus fou au prétexte fallacieux d’un utopique « vivre ensemble » ?

Est-il normal que les médias revendiquant tous l’éthique du journalisme d’investigation deviennent des instruments de propagande ?

Est-il normal en 2014 que les rues de Paris soient mises à sac par des bandes fanatisées qui hurlent « mort aux Juifs » ?

Est-il normal qu’au prétexte débile et sans fondement de ne stigmatiser personne, le monde soit muet sur le génocide des Chrétiens perpétré en Irak par l’islamisme conquérant ?

Serez-vous les complices de l’Islam, du Hamas, de la haine, de l’antisémitisme ?