Brexit… Même pas peur!


Panique totale dans toute l’Europe devant la possibilité de voir sortir la Grande-Bretagne de l’union! Enfin presque…

De nombreux pays, à l’instar du Portugal, commencent à se poser eux aussi la question de leur intérêt à continuer l’aventure européenne. Concernant ce dernier, bien qu’il ait pris les mesures drastiques imposées par ses partenaires, et que son économie se redresse admirablement, la pression reste forte, à la limite du chantage. Concrètement, le pays est quasiment sous tutelle, obligé d’appliquer des contraintes toujours plus fortes très pénalisantes pour la population qui ne voit plus très bien son avantage à se soumettre ainsi à un diktat oppressant! D’autant que dans le même temps, la France, dont l’économie est moribonde, ne cesse de se voir accorder des délais pour respecter la règle commune sur son déficit qui crève le plafond! Cette différence de traitement exaspère de plus en plus et fait grincer bien des dents!
Mais revenons à nos amis d’outre manche. Le pays, en plus de ne pas appliquer bon nombre de traités et de ne pas adopter la monnaie commune, a négocié au fil du temps tous les aménagements et dérogations possibles! Les anglais appliquent donc sans vergogne une forme d’union à la carte, ne retenant que ce qui les arrange, et refusant tout ce qui pourrait représenter la moindre contrainte!
Cerise sur le gâteau, sous la menace de sortir de l’union, les dirigeants britanniques ont arraché une nouvelle foule d’avantages supplémentaires pour rester dans l’union…

Comme l’a souligné récemment Poutine, non sans une certaine ironie, David Cameron qui est à l’origine du référendum pour le Brexit, après avoir âprement négocié un nouveau régime de faveur pour son pays, mène maintenant une campagne acharnée en faveur du maintien dans l’union… Appelons la chose par son nom! Les dirigeants anglais ont exercé un véritable chantage auprès de leurs partenaires! On peut donc légitimement se demander ce qui a bien pu pousser les poids lourds de l’Europe, et notamment la France, à se soumettre et à accepter ce nouveau régime dérogatoire arraché de justesse! La peur panique qui agite frénétiquement toute la classe politique française face au risque de sortie est aussi incompréhensible que ridicule! Un peu comme des sadomasochiste qui redemanderaient du fouet auprès de leur dominateur!

Malgré une campagne de plus en plus dure pour le maintien, aussi bien en Angleterre que dans la majorité des pays de l’union, le camp pro-Brexit semble tout de même en mesure de l’emporter! Le chantage politique de Cameron est en passe de se retourner contre lui! Maintenant il est effrayé de devoir rester dans l’histoire comme l’artisan de la ruine de son pays, pris à son propre piège! Car si l’ensemble de l’union n’a réellement pas grand chose à perdre avec une éventuelle sortie de la Grande-Bretagne, les anglais ont beaucoup à perdre, et contrairement à ce que claironnent les europhobes tel Nigel Farage, les conséquences seront désastreuses pour l’économie du pays. L’agriculture britannique s’effondrera, car sa rentabilité dépend directement des aides européennes. La City, perdra aussi son rang de première place boursière européenne. Sa stagnation actuelle face à l’incertitude en est d’ailleurs le signe avant coureur.

Mais après tout, tout cela est le problème des anglais! Et s’ils ont décidé de se tirer une balle dans le pied, c’est leur problème, pas le nôtre! Je m’étonne de l’acharnement de nos dirigeant à vouloir sauver les anglais contre eux mêmes et pour cela a être prêts à leur céder sur tous les plans.

Au delà des jeux de pouvoir politiques européens, qui sont la seule et unique motivation de nos dirigeants intéressés et de nos partis dépendants, la population française n’a aucune raison de craindre le départ des anglais! Cela ne changera rien à son quotidien! Au contraire! La sortie et la fin des avantages concédés aux britanniques mettra un terme à une intolérable distorsion concurrentielle et sera même bénéfique à de nombreux secteurs, au premier rang desquels nos éleveurs et nos agriculteurs! Les négociations du TAFTA tourneraient aussi plus en faveur de l’union européenne, avec le départ des anglais qui sont toujours invariablement au garde à vous devant leur ancienne colonie d’outre atlantique!

Alors cessons d’être les spectateurs apeurés que les médias voudraient que nous soyons. Révoltons nous plutôt contre le statut particulier de la Grande-Bretagne dans l’Europe, et les avantages supplémentaires que son chantage honteux lui accorderait si les britanniques choisissent de rester! L’Europe n’est pas le menu d’un restaurant! D’autant que d’autre pays, emboîteraient bien le pas des anglais pour, eux aussi, bénéficier d’un régime dérogatoire sur mesure. Le seul et unique risque est bel et bien là! Le maintien de l’Angleterre dans l’union et la multiplication des dérogations demandées par d’autres états membres signeraient définitivement la mort de toute velléité d’harmonisation et annonceraient la mort de l’union et de ce qui a motivé sa création!

Pour réaffirmer l’idéal européen, nos dirigeants n’auraient jamais dû céder aux britanniques! Ils auraient même dû remettre en cause les avantages aberrants et injustifiés dont bénéficie l’Angleterre! Leur lâcheté politique est proprement inacceptable et va à l’encontre de l’intérêt des membres de l’union et des peuples qui la compose!

L’Europe, ce devrait être tout ou rien! Aucune dérogation! Aucun passe-droit!

La question qui devrait donc se poser aujourd’hui n’est pas la peur de voir partir les britanniques, mais plutôt pourquoi ne les avons nous pas foutu dehors depuis longtemps!

Le Brexit est donc une chance pour l’ensemble des peuples européens, qui compensera la lâcheté politique des dirigeants des pays membres et des instances européennes!

Messieurs les anglais… Barrez-vous!