Macron « l’illégitime » ?


Un peu de réalisme en cette période de déification ne fera de mal à personne !

Dimanche dernier, les français ont élu Macron avec le score de 66,10% des suffrages exprimés… Sur le papier, cela pourrait ressembler à une victoire. Mais pour ceux qui ont l’honnêteté de regarder les chiffres plus en détail, cette élection par défaut ressemble plus à un échec !
Déjà, l’abstention a encore battu un record. Ensuite, les votes blancs et nuls ont aussi explosé, tant les français qui n’ont pu se résoudre à choisir entre l’extrême droite et une forme d’extrême centre étaient nombreux ! Tout ce petit monde représente quand même plus de 16 millions de français, soit 34% du corps électoral !
Ensuite, ce qui est intéressant, c’est de mesurer la marge de progression de Macron entre le premier et le deuxième tour. Entre ce que les adeptes de la vieille politique appellent encore les reports naturels, et le chantage au front républicain que les élus et les medias ont imposé dans un matraquage incessant et indécent pendant l’entre-deux tours, Macron a vu quelques 12 millions de français s’ajouter à son socle de 8 millions du premier tour.
Qui dit front républicain, ne dit pas adhésion au programme de Macron! L’actualité a d’ailleurs parfaitement démontré que les français n’ont pas voté pour Macron, mais contre Le Pen ! Comme cela avait été le cas pour Chirac.
Mais soyons fair-play et accordons à Macron une certaine capacité à convaincre avant le deuxième tour et à recueillir l’adhésion sur sa vision pour la France… Très généreusement, considérons donc qu’un tiers de la progression est constituée de nouveau adeptes convaincus d’En Marche et de Macron… Ce qui représente quand même plus de 4 millions de français! Pas mal, belle progression de 50%, ce n’est pas donné à tout le monde! Ajoutés à son socle électoral du premier tour, nous obtenons un peu plus de 12,6 millions de français qui ont par pure conviction choisi Macron, soit… 27% du corps électoral !
En résumé, le vainqueur de l’élection est le « non-choix », avec 34% des inscrits, Macron est Le Poulidor du scrutin avec 27% des inscrits qui adhèrent aux sirènes du renouvellement, Le Pen suit avec 22% des inscrits, et pour fermer la marche, 17% d’inscrits, victimes de l’éculé et inefficace front républicain, ont juste choisi de « voter contre ».

La question de la légitimité est donc posée !

En l’état, avec seulement 27% de français réellement derrière lui, toute possibilité du moindre décret est naturellement exclue, au risque de mettre le feu à la rue ! C’est donc uniquement par les parlementaires que le programme de Macron devra être transcrit ! Et là aussi, malgré la drague très médiatique et un peu lourde à droite et à gauche, les transfuges qui restent tout de même très marginaux et le recyclage de quelques têtes d’affiche incontournables du hollandisme, il est peu probable, voir impossible, que Macron dispose d’une majorité propre en juin prochain ! En toute logique, il devrait obtenir, là aussi, environ 30% des sièges ! Macron devra donc composer avec les nombreux autres, et se vautrer joyeusement dans les accords d’appareils qu’il a toujours dénoncé et refusé! Ironique que celui qui a toujours voulu se défaire de l’image d’héritier de Hollande, en soit contraint d’entrée de jeu à reproduire les mêmes tactiques au service de ce qu’il faut bien appeler la continuité ! Et le phénomène sera d’autant plus important, qu’en plus des appareils traditionnels, fleurissent déjà de nouveaux « mouvements » qui surfent sur la même vague qu’En Marche, mais qui entendent imprimer et imposer leurs différences !

Mais comment en est on arrivé là ?
Il faut reconnaître à Macron, qu’il a su maîtriser à la perfection le timing, le marketing et la communication ! À en faire pâlir les industriels de l’agroalimentaire ! Sauf que là, il ne s’agissait pas de vendre des boîtes de ravioli, des couches ou des tampons, mais de choisir qui était en mesure de sortir la France de l’ornière ! Les français étant des consommateurs influençables et décidément bien dociles, ils ont préféré croire en la promesse du « renouvèlement par la jeunesse », comme ils avaient cru précédemment au « réenchantement du rêve », et encore avant au « travailler plus pour gagner plus » et aussi aux tristement célèbres « fracture sociale », « force tranquille »… Les élections présidentielles françaises sont une suite de slogans vides de sens qui font acheter un type comme on achèterait le dernier téléphone à la mode… Sauf que là, le téléphone, on ne sait pas qui le fabrique, et on découvre toujours trop vite, et trop tard, qu’il n’y a pas de service après vente, mais qu’on va devoir faire pendant 5 ans avec une daube qui ne marche pas ! Si on ajoute à cette tare culturelle française dont n’importe quel aspirant politique en herbe serait crétin de ne pas profiter, l’éjection étonnement très opportune de Fillon, seul obstacle, qui a ouvert une autoroute au prodige désigné, magnifié et porté par une propagande médiatique outrancière ! Voilà la recette de l’élection de Macron, par 27% des français qui l’ont cru !
Capricieux, le français n’aime pas qu’on lui démontre qu’il a voté, encore, comme un âne! Et surtout, imbu et fier, jamais il ne l’admettra!
Mais quelles conséquences ?
L’élection de Macron enterre définitivement le bipartisme sous sa forme passée. Elle ouvre la voie à une multitudes de mouvements, tous plus citoyens ou républicains les uns que les autres, qui vont au final diluer encore plus les idées maîtresses pour institutionnaliser l’immobilisme ! Pour le plus grand profit des « élites » !
Dans le trou aussi les primaires ! Les français ont découvert, à droite comme à gauche, que ce processus réputé prolonger la démocratie, était bafoué sans vergogne par les apparatchiks des appareils, par opportunisme ou revanche ! 
Les dernières heures du front républicain ! Pour son 15ème anniversaire, l’adolescent front républicain a montré qu’il était un vieillard moribond! Le chantage ne prend plus et les français refusent de choisir… Il serait tellement plus simple de s’attaquer à ce qui fait le fond de commerce de l’extrême droite, à savoir la détresse sociale, mais la vieille garde, et la nouvelle fraîchement élue, préfèrent prendre les électeurs pour des moutons! Combien de temps avant l’irréparable ?
La fin des convictions et la mort de ce que la politique devrait avoir de grand ! Désabusés ou amusés, les français voient tout ce que la classe politique compte de ténors livrer le spectacle le plus affligeant qui soit ! Tout y passe… Racolage, reniement, trahison, coups bas, menace, vengeance… Pas sure que les français aient quoi que ce soit à gagner dans cette indigne tambouille de la petite cantine des trop nombreux nantis de la république !
Et après ?
Rien ! Comment un type qui n’est réellement soutenu que par à peine plus d’un quart des électeurs inscrits et qui n’aura, au regard du contexte général, pas de majorité réelle durable, pourrait faire quoi que ce soit ? Les français vont se lasser aussi vite qu’ils se sont pris de passion pour le jeune prodige… Et ils vont juste finir par compter les jours en attendant la prochaine fois !
Espérons que cette fois là, ils auront le choix… Ou plus exactement que cette fois là, « on » leur laissera le choix !

Publicités

2 réflexions au sujet de « Macron « l’illégitime » ? »

  1. Ping : Macron « l’illégitime  ? | «Veroniquegenest's Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s